Aujourd’hui mon petit roudoudou d’amour, je vais te parler de ce que c’est que d’être bien dans son corps.

D’à quel point il est important de ne pas se cacher. De combien il est important de se faire plaisir.

Et de pourquoi c’est aussi une forme de rébellion.

 

Être bien dans son corps, et ne pas se cacher

 

Peut-être que tu connais déjà l’histoire que j’ai vécue avec mon corps.

Tout ce par quoi on est passés lui et moi.

Pourquoi on s’entend bien aujourd’hui, alors que pourtant, c’était pas gagné.

Si tu ne la connais pas, tu peux la découvrir sur cette page.

 

J’y présente le programme Buddy Body. Un programme de 11 semaines qui permet de faire la paix avec son corps.

Comme on fête son anniversaire ce mois-ci, je vais t’en parler pas mal tout au long du mois ici et par mail si tu t’es inscrit pour recevoir mes dirty little secrets.

 

La raison pour laquelle je vais te saouler un peu avec ça dans les prochaines semaines, c’est que : 53 % des françaises n’aiment pas leur corps. (Ce sondage du journal des femmes date de 2012 et à mon humble avis, ce chiffre a dû augmenter considérablement en 6 ans ! Sans compter toutes celles qui ont menti en répondant aux questions !)

 

Je sais pas toi, mais moi, c’est un chiffre qui me fout les boules.

 

Le corps humain, hormis tout ce que l’on aimerait te faire croire, c’est fabuleux.

Grâce à lui, on peut se balader, manger du très bon chocolat, câliner ses enfants (ou ses chats !), sentir la chaleur du soleil sur ses joues quand on fait une sieste dehors.

 

C’est aussi ressentir un mix d’émotions, tout ce qui nous fait nous sentir vivants.

L’amour. La joie. Les peines. L’orgasme. La vulnérabilité.

 

Toute la beauté du monde. Transcrite à travers la moindre de nos cellules.

 

Alors le fait qu’il y ait une majorité de nenettes qui n’aiment pas leur corps, ça me révolte.

J’ai envie de butt(in)er de l’industriel, et de déchirer des magazines féminins.

J’ai envie d’envoyer un virus qui attaque les gens qui ont la retouche trop lourde sur photoshop.

 

Parce que pour moi, être bien dans son corps, c’est pas quelque chose qui vient de l’extérieur. C’est pas coller à une image parfaite. Ce n’est pas avoir tel tour de taille ou telle taille de soutif.

Être bien dans son corps, c’est savoir y apprécier la vie qu’il y a à l’intérieur.

 

C’est vivre. Oser. Se libérer de l’image pour être libre de vivre.

Intensément. Passionnément.

C’est vivre jusqu’à la fin, en ayant vécu. Sans s’être caché, sans s’être planqué dans un placard ou sous de vieilles fringues que même Yoda ne porterait pas.

 

Du coup, j’aimerais te rappeler ceci :

 

Se cacher, c’est uniquement réservé aux mioches, aux fugitifs et aux tortues.

 

Normalement, tu n’es aucun des trois.

(Avoir volé de la crème glacée dans le congelo ne constitue pas un délit de fuite. Mais si t’as essayé de murmurer cette excuse bidon, c’était bien tenté.)

 

Surtout que lorsque tu fais l’autruche, en général, on a un méga gros plan sur tes fesses.

 

Sois brave, ose. N’ai pas peur du regard des autres.

Quoi que nous fassions, peu importe la gueule que l’on a, il y aura toujours quelqu’un pour nous juger. Le jugement est un réflexe humain. Aussi langue de pu** soit t-il, il est un moyen de se protéger.

 

De se rassurer. Tu le fais aussi pour ça.

Rappelle-toi de la dernière photo que t’as vue dans voici, et ce que tu as pensé :

 

“Elle est pas si belle en vrai”

“Mazette qu’elle est maigre !”

“Elle est enceinte non ? Elle a pris du bide”

 

Il faut une sacrée paire de *ouilles juste pour être en vie.

 

Et je mettrais ma main à couper que parmi toutes ces femmes qui ne s’aiment pas, il n’y a pas que des nenettes mal foutues.

 

Il faut des *ouilles aussi pour s’exposer.

Tu peux décider que tu es brave car tu as su dire non hier quand ta collègue a apporté des cookies au taf. Ou tu peux décider que tu es brave juste parce que tu es libre de faire, d’être et d’oser être qui tu veux.

 

Personne n’a jamais été brave sans décevoir personne.

L’important, c’est de ne pas te décevoir TOI.

 

Partage cet article qui fait du bien à toutes les personnes qui pourraient en avoir besoin. Rendons le monde plus beau du dedans de l’intérieur toi et moi !

Et tu peux aussi me raconter dans les commentaires les difficultés que tu rencontres avec ton corps. Je serais ravie de te conseiller.

 

@ Bientôt quelque part mon petit lapin !

 

Ps : C’est le printemps, les zoiseaux chantent, et les frais de port sont offerts pour les T-shirts MENFOUMENTAPE. Faut oser se montrer avec un T-shirt aussi cool ! (J’en ai acheté une dizaine ! mouahahahaha !)

Ps² : Ne fais pas de mal aux tortues, jette tes déchets ailleurs que dans l’océan, sinon ça fait chialer Sandrine.

Ps3 : Si tu me paies le café, tu peux prendre un cookie, je dirai rien.


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    4 replies to "Une histoire d’être bien dans son corps, de cookies et de tortues."

    • mounette

      coucou
      Comment faire quand on fait 1m75, 65 kg, avec une belle silhouette , qu’on a droit continuellement aux regards des autres bienveillants et envieux, quand on a continuellement des remarques sur sa taille (c’est la 1ere chose qu’on te dis ” ? c’est soulant, la regard des autres
      Mounette

      • Alice Kara

        Hello Mounette! Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris ta question… On te fait continuellement des remarques sur ta taille alors que pourtant tu as une belle silhouette ? C’est ça ? Et que veux-tu savoir ?

    • Ginie

      Mon corps te remercie Alice, car tu m’as rappelé que c’est un pays des merveilles ❤

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.