Bonjour à tous mes poulets ! Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Le Body Shaming.

Qu’est ce que le Body Shaming ?

Le Body Shaming est le “courant”, qui consiste à critiquer ou insulter ouvertement le corps de quelqu’un, ou d’une catégorie de personnes. Que ce soit dans la rue, ou les réseaux sociaux, mais aussi à la télévision ou dans les magasines, ou lors d’un recrutement pour un emploi.

Cette façon de blâmer ou d’insulter les corps qui ne correspondent pas aux normes n’est pas si nouvelle que ça.

En vérité, ça a quasiment toujours existé. On sait tous que la différence fait peur, et que l’esprit humain a besoin de dominer ce qui lui fait si peur. Ainsi, l’apanage des esprits “faibles”, c’est l’insulte, qui leur donne l’impression de “maîtriser” quelqu’un, en maîtrisant ses émotions.

Quelle meilleure façon pour dominer ses peurs que de les ridiculiser ?

C’est ainsi que naissent, malheureusement, la grossophobie, la maigrophobie, la poilophobie…

et tous les autres trucs qui finissent en phobie et pour lesquels, vu la propension de body shaming qu’il existe en ce moment et se propage via les réseaux sociaux, nous sommes obligés d’en venir à inventer des mots.

La nature humaine étant ce qu’elle est, et vu que comme je vous l’ai dis plus haut, le body shaming n’est pas une nouveauté, j’ai peu d’espoir que cela stoppe un jour.

Y’aura toujours des mecs dans une pièce qui réfléchiront, dans l’idée de nous vendre leurs produits, à comment faire en sorte que l’on ait toujours l’impression qu’on a un problème physique à régler, qu’on a un peu trop de cellulite sur le bas des fesses, ou trop de boutons d’acné, ou trop de poils, ou trop de kilos, ou qu’on est trop maigre, trop plate, trop ceci, ou trop cela pour que ça change vraiment.

 

Si on ne peut changer ces mecs là, ou même les commentaires haineux des haters, alors, quoi faire ?

 

Je crois que la réponse se trouve au fond de nous.

Mieux comprendre comment la honte du corps se manifeste, pour apprendre à la reconnaître, et la verbaliser.

C’est pourquoi ce matin, je vous ai créé quelques images qui “racontent” les effets du body shaming, et comment s’exprime la honte de soi et de son corps.

Car ce n’est pas juste s’insulter ou recevoir des insultes.

Ce n’est pas sur le moment ou on les reçoit que le mal transparaît.

Il est incrusté en vérité depuis bien plus longtemps, et a été nourri par des dizaines d’années de petites phrases qu’on a entendue, ou que l’on s’est répétées à droite à gauche.

Des phrases insignifiantes, des petites piques, prononcées par des proches “parce qu’ils tiennent à nous”.

“Parce que la santé, c’est important”.

“Parce que je veux que tu sois heureuse”.

“Tu comprends, je me fais du souci pour toi, qui va vouloir de toi ?”.

“Si tu continues, tu ne rentreras plus dans tes pantalons !”.

“Il en dit quoi ton mec que t’ai perdu du poids ?”.

“Et sinon, t’as pensé à la chirurgie esthétique pour ton grain de beauté ?”.

“Moi à ta place, je me fringuerais différemment”.

“Attends, pour cacher ça, on va ajouter un filtre instagram !”.

“Change de position, t’as un cul plat comme ça !”.

“Faut que tu sois parfaite pour lui plaire”.

“T’as jamais eu de seins ?”.

“T’as vu comment tu te fringues ? On dirait une baleine !”.

“Mon Dieu qu’elle est moche celle là, t’as vu ?”

 

Etc etc.

 

Le résultat de ce body shaming ? Le voici en images.

(Il s’agit de vraies phrases, tirée de réponses à un mail que j’ai envoyé à mes abonnés, et qui répondaient à la question “Qu’est-ce que tu penses le matin devant la glace ?”)

 

Buddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corpsBuddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corpsBuddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corpsBuddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corpsBuddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corpsBuddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corps

Buddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corps

 

 

 

 

 

Buddy Body : Avoir honte devant son miroir et ne pas aimer son corps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour s’en protéger, car c’est à mon avis la seule option qu’il nous reste, il est important de comprendre le mécanisme qui opère dans notre mental, consciemment ou inconsciemment, et de guérir, du mieux que l’on peut, les plaies qui ont été ouvertes à l’insu de notre plein gré.

 

Colmater ce qui fait souffrir, le remplacer par de la neutralité dans un premier temps, (Parce qu’on sait tous que quand la honte est installée depuis si longtemps, il n’existe pas de baguette magique pour switcher d’un état à un autre, c’est un processus qui prend du temps !) puis ensuite par de l’amour.

 

Il existe beaucoup de techniques pour s’en prémunir et guérir la honte.

Selon Brené Brown, qui est une chercheuse en psychologie sociale américaine spécialiste de la honte, le seul et unique moyen est de la “réparer” par de l’empathie.

La honte est intrinsèquement corrélée aux troubles alimentaires, à la dépression, au suicide, aux addictions, à la violence, aux agressions, au harcèlement, quand elle n’est pas directement reliée à des diagnostics bien plus graves. La sociopathie par exemple.

 

Le body shaming, lorsqu’il se vit de façon solitaire, que l’on reste seul-e avec sa honte et cette mauvaise image de soi, peut faire des ravages.

Il est important de se rapprocher de personnes qui ont vécu la même chose, ou de personnes qui vont pouvoir connecter avec les émotions que l’on va leur expliquer.

En gros, éviter les personnes qui vont vous dire “Ah tu vois, j’te l’avais dit !” ou les donneuses de leçon bien pensantes qui n’auront aucune empathie et vont vous juger.

L’empathie s’exprime simplement. C’est la copine qui vous dit #MeToo

“Moi aussi j’ai vécu ça, je sais ce que c’est”.

Ou si elles n’ont pas vécu la même chose, vont pouvoir vous dire “Je n’ose imaginer ce que tu ressens là tout de suite, mais je te comprends”.

Rapprochez vous de ces cops là.

La honte, lorsqu’elle est tue, que l’on ne la partage pas avec d’autres, qu’on ne la verbalise pas, tue plus que le cancer. Elle tue plus que n’importe quelle autre émotion ou maladie, et c’est je pense, la plus grande maladie du monde actuel.

 

C’est pour ça que je termine toutes mes conférences avec cette phrase :

 

“On a tous besoin d’amour, mais aujourd’hui, plus que jamais, c’est l’amour qui a besoin de nous tous”. 

 

Mettez un peu de baume empathique sur la honte, et on sera en mesure d’éradiquer le body shaming en quelques années. En nous d’abord, et si on ne répond plus à la honte, les haters comme ceux qui veulent nous vendre des produits miracles n’auront plus aucune prise.

 

Si l’allumette ne prend pas feu, il devient inutile d’essayer de l’allumer.

J’apprend à mes coachés à faire ça dans le programme Buddy Body, et nous avons aussi un groupe de soutien extraordinaire au sein de ce programme, si vous vous sentez isolé, rejoignez-nous. On y parle vrai et on se marre en plus en même temps. 😉

 

Si vous ne connaissez pas la différence entre la honte et la culpabilité pour pouvez aller la lire sur cet article.

Et si vous voulez vous la péter dans les repas entre potes, vous pouvez aller lire cet article qui donne des chiffres hallucinants sur le corps.

Vous avez aussi deux trois autres pistes dans cet article. (Utilisez Google trad !)

@ Bientôt quelque part mes chéris !

 

Prenez soin de vous !

 

Ps : Aucun body n’a subi de dommages par intérêt lors de l’écriture de cet article !

Ps² : Arrêtez de filer des complexes à vos chats en leur disant qu’ils sont des patapoufs ou qu’ils ont le bide qui pendouille, eux aussi ils ont des sentiments !!!

Ps3 : Si vous voulez m’offrir un café parce que cet article vous a aidé, vous pouvez le faire en cliquant sur cette image :

 

Paie moi un kawa !

 


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    1 Response to "Body Shaming : Ce qu’il se passe (réellement) le matin devant le miroir."

    • Biche *

      Juste un petit passage pour dire bonjour ! Sans oublier Sandrine ! 🙂
      Ah oui, ce matin j’ai montré son reflet à Octave dans le miroir et il n’a absolument pas réagi ! Complètement zen ! 🙂 Rien à faire de son image, il préfère jouer avec son ombre ! 🙂

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.