Qu'est-ce qu'un coach de vie ou coach en développement personnel exactement ?

Chacun a sa définition du coaching, mais qu'en est t'il vraiment ?

Et comment choisir le bon coach en développement personnel et pourquoi ?

Etant donné que les avis divergent sur ce sujet épineux, il me semblait important de vous donner ma vision personnelle du métier de coach de vie afin que vous soyez sûr de vouloir travailler avec moi, et pourquoi !

Portrait d'Alice Kara, life coach certifiée en développement personnel et psychologie positive
Alice Kara, coach, logo signature blanc

Coach de vie ? Coach en développement personnel ? C'est quoi ?

On dit aussi life coach, ou coach tout court, master coach, coach personnel ou encore coach professionnel, mais la discipline étant récente, qu’en est t’il vraiment ?

Le mot coach vient des Etats-Unis. Il était au départ utilisé chez les sportifs. Le coach étant généralement l’entraineur en chef d’une équipe sportive de haut niveau, ce terme s’est démocratisé plus tard à entraineur personnel.

Les premiers coachs étaient généralement d’anciens sportifs qui après avoir eu une belle carrière, ou après une blessure, se sont donné la mission d’entrainer les générations suivantes.

Ayant à cœur de faire réussir les équipes dont ils étaient coachs, ils ont au fil du temps développé des techniques particulières pour booster les troupes, pour améliorer le travail d’équipe, la cohésion, les performances personnelles.

Ils se sont aperçu que le physique, la forme physique, le travail du corps, tout cela amène des performances, mais le physique ne fait pas tout.

Le mental joue un rôle capital dans la réussite.

De nombreuses études ont été faites depuis et ont prouvé qu’une personne qui a le bon mindset, le bon état d’esprit face à une situation en particulier, a plus de chance de succès qu’une autre, qui n’aura pas été entrainée de la même façon.

Pour le cas d’un sportif, une personne coachée, pour adopter un mental de gagnant, va avoir plus de résultats qu’une personne qui se sera juste entrainée physiquement. Le tout, à performances physiques identiques.

Ainsi, au fil des années, s’est créée une véritable philosophie du coaching, et le coaching s’est étendu à tout un tas d’autres disciplines.

On trouve aujourd’hui des coachs pour tout et n’importe quoi, de coach de vie à coach spirituel, en passant par coach performance, puis coach mental, puis préparateur mental, etc etc.

Il existe toutes sortes de spécialités ayant attrait à la performance, au succès et à la réussite.

Il existe un coach pour à peu près tous les domaines, et si ce n’est pas encore le cas, rassurez-vous vu l’engouement autour de ce « nouveau métier », dans quelques années, ce sera le cas.

Cependant, si l’on trouve aujourd’hui beaucoup de formations diverses formant au métier de coach en développement personnel, et qu’il y a moultes techniques pour exercer ce métier (comme par exemple l’hypnose, la PNL, la pleine conscience, la psychologie positive, la méditation etc, etc), il n’en reste pas moins que pour être coach, une formation n’est pas suffisante. Si on reprend la base, comme je vous l’ai dit au départ, un coach est quelqu’un qui a su faire ses preuves dans une discipline.

 

Si on nous mettait un pâtissier sur le fauteuil d’un des coachs de The Voice, les gens crieraient à la supercherie.

Idem si on mettait Zazie dans cauchemar en cuisine.

Cela n’aurait pas beaucoup de sens.

Pour aider quelqu’un à réussir, un coach doit lui-même avoir réussi dans la discipline qu’il enseigne.

C’est pour cela qu’on retrouve d’anciens sportifs pour coacher les athlètes du moment.

C’est pour cela qu’on retrouve dans les fauteuils de « La Voix » des artistes qui sont de véritables pointures et ont des années de carrière derrière eux.

Lorsqu’on parle de coaching de vie, ou de coaching en développement personnel, c’est plus subjectif.

On ne peut décemment pas dire qu’on a réussi sa vie entièrement, car chacun a sa propre vision de ce qu’est la réussite, mais également de ce qu’est la vie !

On peut avoir eu de belles réussites, ou de belles réalisations dans certains domaines, mais pas en tout. Par exemple, moi je n’ai jamais été douée en pâtisserie, et même si on me proposait un salaire à dix chiffres, je n’accepterais pas de devenir coach dans le meilleur pâtissier ! (Et M6 de toute façon ne voudrait pas de moi à ce poste !)

Ce n’est pas parce qu’une fois, j’ai fait une tarte aux pommes qui avait de l’allure, que je suis capable d’aider quelqu’un à faire des macarons !

De la même façon, ce n’est pas parce que j’ai lu trois livres sur le développement personnel que je suis une bonne coach.

Depuis quelques années, il y a plus de gens qui cherchent sur Google « comment devenir coach » que de personnes qui cherchent réellement un coach pour les aider à réussir dans quelque domaine que ce soit.

Y’a un petit décalage dans la force, et on trouve de tout et n’importe quoi.

Prenons mon cas particulier par exemple. J’aime les pâtisseries, mais cela ne signifie pas que je suis bonne pâtissière.

Beaucoup de personnes aiment le développement personnel, peu sont ou seront de bons coachs en finalité.

Car même si l’on peut apprendre les techniques du coaching, comme celles que j’ai citées plus haut, il est impossible d’apprendre la réussite. Cela demande des années et des années de travail acharné, de dévouement, d’entrainement, de répétition sans fin de petits gestes, de petites actions, qui font au final la réussite.

Pour réussir, il faut avoir établi un plan et s’être tenu à ce plan. Il faut avoir été déterminé, ne rien lâcher, être dévoué totalement à la tâche. Avoir tout donné pour son rêve, pour ses rêves.

On ne peut pas coacher des gens pour les aider à réussir, peu importe le domaine, si on a pas réussi soi-même d’abord.

Or, c’est ce que l’on voit le plus aujourd’hui. Des personnes qui veulent réussir, en aidant les autres à réussir. Ce n’est pas ma vision du coaching. Ce ne sera jamais ma vision du métier de coach. C’est pour cela que pendant longtemps, je me suis refusée à utiliser ce terme-là.

C’est aussi pour cela que j’ai identifié d’abord et en premier lieu ce dans quoi j’avais réussi, ce dans quoi je suis douée, afin de proposer mes services uniquement dans ces domaines-là.

Il y a plusieurs avantages à cela : D’une part, je n’ai que de bons retours. (héhéhé !)

Simplement parce que je suis sûre que mes accompagnements sont au top, vu que je suis déjà moi-même passée par là. Je sais exactement comment faire, quoi faire et pourquoi. Etape par étape. Il est donc insolemment facile pour moi d’aider dans ces domaines-là. Cela s’appelle l’expérience ! Ce n’est pas plus compliqué.

Je n’irais pas voir une coiffeuse pour guérir une entorse. A moins que la nana se soit soignée elle-même après en avoir eu une trentaine… Là, ok, je pourrais l’envisager !

Deuxièmement, j’ai beaucoup plus d’outils testés et approuvés qui fonctionnent et que je peux transmettre dans mes domaines de prédilection à moi, que pour d’autres disciplines avec lesquelles je n’ai aucun talent ni affinités !

Pour reprendre l’exemple de la pâtisserie, je serais bien incapable de vous expliquer quelle est la meilleure technique pour utiliser un four, ou comment utiliser une poche à douille, soyons réaliste, moi j’utilise le minuteur de mon Google Home pour éviter de faire exploser l’appartement !

Il est nécessaire, tant du côté des coachs que du côté des coachés de faire preuve de bon sens et d’être honnête, tant avec soi qu’avec nos propres besoins et compétences.

Du coup, pour vous aider à y voir un peu plus clair, voici quelques points afin de vous aider à choisir une personne qui va pouvoir être la meilleure option en termes de « coaching » à vos côtés.

Indépendamment du fait que vous souhaitiez travailler avec moi, ou non.

Il est possible que je ne sois pas la meilleure option pour vous, comme je le dis souvent, il n’y a que les pizzas qui peuvent contenter tout le monde !

Comment choisir son coach ?

Doit-on choisir son coach en fonction de sa spécialité ? De ses techniques ? De sa personnalité ?

Comme je l’ai précisé plus haut, identifiez d’abord ce pour quoi vous avez besoin d’un coach.

Voulez-vous réussir dans un domaine en particulier ?

Voulez-vous adopter un état d’esprit plus positif ?

Souhaitez-vous être plus performant ?

Attendez-vous plus de résultats dans votre travail ?

A la maison ?

Dans vos relations sentimentales ?

Améliorer votre situation financière ?

Il y a des milliers et des milliers de choses différentes et de domaines dans lesquels le coaching peut vous être utile.

Il y en a même tellement que si vous ne savez pas lequel est le plus important pour vous, vous ne choisirez pas le bon accompagnant, ou le bon entraîneur pour vous aider. Car vous allez choisir quelqu’un qui n’est pas spécialiste de votre problématique à vous. Vu que vous ne savez pas quelle est cette problématique.

Pour choisir intelligemment votre coach...

... Ou la personne qui va pouvoir vous aider et vous accompagner dans cet instant de vie, préférez-donc quelqu’un qui est déjà passé par là, par votre problématique et qui a réussi à s’en sortir.

Quelqu’un qui a su trouver la bonne technique pour parvenir à se réaliser, ou à performer de manière plus efficace pour vous mener jusqu’au but ultime que vous souhaitez atteindre.

 

Quelqu’un qui a minci peut vous aider et vous conseiller pour perdre des kilos.

Une personne qui est super douée en maths peut vous aider à réussir un examen de mathématiques.

Un conférencier qui monte sur scène peut vous aider à être plus à l’aise en public.

Un humoriste à écrire des sketches.

Etc.

 

Le principe est toujours le même. Si je voulais apprendre à conduire, je n’irais pas voir quelqu’un qui est en train de passer son permis, ou quelqu’un à qui on l’a retiré.

C’est ce qui m’amène au second point.

On peut être doué pour quelque chose sans pour autant savoir le transmettre.

Transmettre, ou montrer l’exemple, c’est un métier à part entière.

Il existe bien des façons de le faire, et cela dépend de la personnalité de chacun, mais il n’en reste pas moins une constante :

Quelqu’un de passionné transmettra non seulement son savoir, mais aussi sa passion.

Beaucoup de coachs (dont je fais partie) sont passionnés par le développement personnel. Sauf qu’en tant que coaché, vous n’avez pas tellement envie que je vous transmette ma passion pour le développement personnel, la psychologie ou la Programmation Neuro Linguistique. Vous voulez des outils et que ces outils vous servent à être plus à l’aise ou à « mieux vivre ».

Il est donc plus utile pour vous d’aller voir un coach qui aime la vie, et va vous transmettre son amour pour la vie plutôt que son amour pour les points d’ancrage.

Même si j’adore les points d’ancrage, vous ne venez pas me voir pour ma technique en particulier, vous venez me voir pour la façon dont je vais trouver le moyen de la rendre utile et accessible pour vous, afin de faire en sorte que vos résultats soient ceux que vous voulez.

Je pourrais vous faire la liste ici de tout ce pour quoi j’ai été formée, de tous les outils que j’ai étudiés, en presque 20 ans, avec des noms à coucher dehors, qui ne veulent pas dire grand-chose pour des personnes non initiées. Cela pourrait vous impressionner ou vous en mettre plein la vue. Me donner une position d’autorité dans mon domaine, mais si je ne sais pas les transmettre, si je ne sais pas les utiliser ou vous aider à la maitriser pour obtenir des résultats concrets dans vos vies, je ne serais clairement pas une bonne coach.

Ne soyez donc pas impressionnés par ceux qui ont le plus de techniques ou le plus d’outils à mettre à votre disposition.

Il y a une chose que j’ai apprise en allant manger au restaurant :

Ce ne sont pas les établissements ayant la carte la plus fournie qui sont les mieux notés.

Plus y’a de choix sur la carte, plus y’a de chances de tomber sur des produits congelés.

Plus il y a d’outils ou de techniques qui en jettent exposées sur un site, plus y’a de chances que le professionnel qui les met en avant n’en maitrise aucun véritablement.

J’ai beau avoir été formée sur plein de techniques par soif d’apprendre, je n’en utilise que très peu au quotidien. J’utilise et ne propose que celles que je maitrise le mieux et que j’ai le plus de facilités à mettre à disposition des personnes que j’accompagne.

Ces techniques la plupart du temps, vous ne les verrez nulle part ailleurs, car elles sont mes propres créations.

 

Ce qui nous mène au point suivant :

Il ne faut pas avoir peur d’explorer de nouvelles choses !

Tout reste encore à inventer dans le coaching. Il y a les bases, que l’on apprend dans les formations, bien évidemment, mais chaque jour il se crée et s’invente de nouvelles techniques, de nouvelles philosophies, on améliore ce qui existe déjà, on modifie, on ré-évalue.

S’il y a bien quelque chose que je sais, c’est que le coaching évolue aussi vite que les nouvelles technologies aujourd’hui. C’est récent, tout nouveau, ça a à peine mon âge quand on y pense, et même si c’est parfois la guéguerre dans le milieu car tout le monde copie tout le monde, il est important de ne pas être figé, tant en tant qu’accompagnant ou consultant ou coach, qu’en tant que personne faisant appel à un thérapeute, quel qu’il soit.

 

Bien évidemment, j’aurais tendance à vous conseiller d’aller voir quelqu’un qui innove et qui crée plutôt que quelqu’un qui copie, parce que mon travail a été copié maintes fois, mais j’ai appris à reconnaître avec le temps lorsque quelqu’un arrive à améliorer une technique que j’ai inventée et à faire mieux, ou à la propager au plus grand nombre.

Forcément, j’aurais aimé avoir ce succès là pour moi toute seule, mais je sais reconnaître quand quelqu’un a trouvé le bon angle ou l’amélioration qui manquait à un de mes concepts ou produits, là où moi, je n’ai pas su le faire.

 

Il y aura toujours quelqu’un pour arriver après nous et faire mieux. Et en 36 ans, il s’est même souvent avéré que c’était moi-même ce quelqu’un qui arrivait à mieux faire que ce que j’avais fait avant.

 

J’ai moi-même torpillé mes travaux ou découvertes du passé, et tout pété et détruit pour reconstruire mieux derrière. Comment alors blâmer ceux qui font de même ?

Du moment que cela sert au plus grand nombre !

Si Microsoft n’avait pas copié Apple, nous n’aurions pas tant d’ordinateurs dans les foyers aujourd’hui.

Si vous aviez connu ma première version du programme LIFE BOOSTER, vous auriez trouvé que l’idée était bonne, mais le programme nul… Heureusement que j’ai su me renouveler ! Reconnaître que cela méritait des améliorations.

Ce n’est pas moi l’enjeu, mais bel et bien le dessein que cela sert.

Et un coach sert les gens, pas lui-même. C’est sans doute le point le plus important à retenir.

Un maître Jedi n’est pas celui qui a le plus de padawans, un maître Jedi est celui qui a formé le plus de maîtres Jedi tout au long de sa vie. (Vive Yoda !)

C’est pour cela que je forme aujourd’hui plus de coachs et de personnes ayant pour métier le développement personnel que de particuliers.

Je reste cependant présente et disponible pour tous, car, et ce sera ma conclusion, je suis une provocatrice de sourires, et je serai maître uniquement lorsque j’aurai provoqué le plus de sourires possibles dans le monde.

Puis après tout, les sourires ne sont pas réservés exclusivement aux seuls coachs.

Heureusement non ?

@ Bientôt quelque part !

En complément de cette page, vous pouvez en apprendre plus sur moi sur mon "à peu près biographie de coach de vie qui a réussi à comprendre qu'elle était pas un loser"

Pour en savoir plus sur mes services en tant que coach et ce que je peux faire pour vous, cliquez-ici.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur les programmes qui ont déjà aidé un paquet de gens à faire la paix avec leur vie et tout un tas d'autres choses, ça se passe par ici. 

Si vous êtes un professionnel du coaching, un thérapeute ou un accompagnant ou souhaitez le devenir, jetez un œil sur cette page ci.

Enfin, retrouvez tout plein d’articles sur mon blog, en cliquant ici : Les tribulations d’Alice Kara.