Bonjour à tous mes ptits poulets ! Aujourd’hui, causons une nouvelle fois d’irrationnalité de l’esprit humain, de révolte, causons connerie humaine, et abordons le pourquoi du comment le foot (ou le sport en règle générale !) suscite autant de mouvements de foule, alors que les sujets jugés “importants” n’attirent pas trois pelés et quatre tondus sur les places de France et de Navarre (oh ! #HumourPourri).

 

Petit traité de révolte ordinaire : Pourquoi le foot attire autant de monde dans les rues, alors que personne ne bouge pour les sujets importants ?

 

Vous le savez, j’adore décortiquer l’esprit humain sous toutes ses formes, et en cette période de coupe du monde, je n’ai pas à aller chercher bien loin mes sujets d’analyse.

 

Je ne suis pas particulièrement foot voyez vous.

J’étais dans un bar en 1998, mon bac fraîchement en poche, et je m’apprêtais à entrer en fac de psychologie.

 

Au milieu des “On est en finale, on est en finale, on est on est on est en finaaaaaaaaale”, j’me suis toujours demandé pourquoi le foot attise autant les passions.

Les mecs qui se foutent à poil dans la rue devant les voitures, qui klaxonnent à tout va.

Les ventes de maillots qui atteignent des sommets. Les Champs Elysées bondés.

 

Je comprends la joie. J’adore la joie.

Je comprends les gens qui ont picolé. J’en apprécie certains. (Ne rêvez pas, je ne me fous pas à poil, mais j’ai d’immenses élans d’amour universel quand je suis bourrée ! ahaha !)

Quand les gens sont contents, je suis contente aussi.

 

Ceci dit, comme beaucoup de personnes en ce moment sur les réseaux sociaux, j’ai beaucoup de difficultés à comprendre pourquoi le foot soulève les foules, alors que personne ne se révolte ni ne lève le petit doigt pour ce qui semble important.

 

A mes yeux en tout cas, l’importance des choses étant propre à chacun elle reste quelque chose de totalement subjectif en finalité.

 

Au palmarès des choses qui m’importent on trouve par exemple :

 

L’écologie.

Selon les calculs du regretté Professeur Stephen Hawking, nous avons moins de 100 ans pour nous démmerder de trouver une nouvelle planète afin de permettre à l’espèce humaine de survivre à sa propre connerie. La connerie humaine de “On aime la planète, mais on la nique quand même”. Je vous renvoie à mon article sur le paradoxe. Ce n’est même pas qu’on a 100 ans pour sauver la planète hein, c’est qu’il est urgent carrément d’en changer ! Si c’est pas révoltant ça !

 

L’augmentation du coût de la vie.

Avec le gouvernement qui fait passer des petits trucs en douce, 7 à 10% de ci de là, tout en n’augmentant pas les salaires à côté, alors même que le monde entier a les yeux tournés vers la télévision, à regarder le foot. Révoltant aussi.

 

Les conditions de détention des migrants.

Les pauvres gamins qui sont séparés de leurs familles, et attendent le bon vouloir des gouvernements pour rejoindre les bras de leurs parents, eux aussi, logés dans des conditions déplorables pour des êtres humains.

 

(Je vais m’arrêter là, parce que y’a tellement de trucs en finalité qui me révoltent que je vais m’éloigner du sujet de cet article ! ahaha !)

 

Du coup, en vrac :

 

Le chom’du, le prix des assiettes et du train de vie de Monsieur le Président, les gens qu’ont rien à bouffer, les arnaques dans le milieu spirituel ou marketing, la condition animale. etc etc.

 

Personne ne se révolte pour ça.

 

Ok, sauf moi et quelques uns de mes concitoyens. (On est donc des cons-citoyens ?)

 

Vous l’aurez compris, c’est un article explicatif, mais engagé pour ma juste cause !

 

Pourquoi donc personne ne se révolte pour ça ? Et bien, voici ma réponse du côté psychologique de la chose.

 

(C’est un article fortement inspiré de divers bouquins écrits par des chercheurs en psychologie, dont je citerai les références plus bas, avec les liens bien entendu !)

 

Voici deux trois petites choses à savoir, pour resituer le contexte.

 

Attention, petit cours accéléré de psychologie sociale 101.

 

  • 95% des gens sont par nature imitateurs, et seulement 5% sont des innovateurs.

(Je fais partie des innovateurs, pour la petite anecdote… Et honnêtement, c’est un peu la merde !) Le fait d’imiter les personnes qui nous ressemblent, et “faire comme tout le monde” ôte une sacré épine du pied de l’être humain : Il lui évite de réfléchir.

 

  • Les êtres humains détestent réfléchir.

Moins ils sont obligés de le faire, plus ils sont susceptibles d’avoir le sentiment qu’ils sont heureux. Ils se ruent donc vers toute solution déjà faite, ou tout ordre établi et suivi par le plus grand nombre, et se rangent derrière, pour éviter d’avoir à cogiter pendant des heures pour se faire leur propre opinion. Comme le dit l’adage : “Heureux les simples d’esprit”.

 

  • Les gens sont plus facilement persuadés par les actions de leurs semblables que par tout autre argument que nous pouvons leur donner.

Cela s’appelle la preuve sociale. Expliquée en long en large et en travers par Robert Cialdini dans le livre “Influence et manipulation”. Du coup s’il y a beaucoup de personnes qui ne font pas cas d’une cause, y’a pas besoin de se révolter. La révolte semble totalement infondée et superflue. (Jean Jaurès, si tu me lis…)

 

  • En gros, si Machin et Bidule le font, c’est qu’ils ont raison.

Peu importe que trucmuche fasse un exposé brillant expliquant l’inverse, ses arguments joueront en sa défaveur. Pour les raisons expliquées plus haut. L’être humain n’aime pas réfléchir. Si il faut en plus réfléchir à des arguments contraires, autant les gommer totalement de nos cerveaux AVANT qu’ils ne suscitent trop de doutes. (C’est un fait bien connu des Gourous ça !)

 

  • Les porteurs de bonnes nouvelles sont encensés.

En revanche, les personnes qui en annoncent de mauvaises (les présentateurs météo par exemple !) sont appelés “Oiseaux de mauvaise augure” et il n’est pas rare qu’ils reçoivent des menaces de mort. (Fait qui est aussi exposé dans le bouquin de Cialdini)

 

  • La révolte prend du temps.

Pour qu’il y ait soulèvement, il faut que deux facteurs soient réunis. Au même moment. Premièrement, la prise de conscience collective qu’il y a un abus, quelle qu’en soit la sorte. Deuxièmement, il faut que le degré de souffrance (physique ou psychologique) soit plus fort que la pensée que je vais appeler ici “J’peux vivre avec, même si c’est difficile”. Le fameux “ça va, ça va” qui permet à l’esprit humain de se convaincre que “c’est pas si grave”. Donc, “On fait avec !”

 

Maintenant, quelques faits sur le foot :

 

  • Le foot, c’est de la coopération.

La coopération est l’un des plus puissants ressorts de la sympathie. Les joueurs coopèrent, cela leur donne un petit plus sympathique. Comme quand on a l’impression que quelqu’un nous vient en aide, ou nous fait une faveur, on le trouve tout de suite hyper sympa. Cela procure aux joueurs un formidable atout séduction. (En plus de leur physique mesdames !)

 

  • Le foot, c’est de la bonne ambiance.

Toute occasion est bonne pour célébrer et faire la teuf avec ses potes. On se réunit, dans la bonne humeur, autour d’un bon gueuleton. C’est festif. Et surtout en France, on aime l’apéro. (Mojitoooooo !) Quand on fait la teuf, on ne pense pas à la révolte. On mélange pas les torchons et les serviettes, sinon, il faut réfléchir, et l’être humain… N’aime pas réfléchir, j’vous l’ai dit au d’ssus ! (Vous suivez ou bien ?)

 

  • Sympathie et bonne ambiance = Association positive.

En psychologie, et notamment en marketing ou dans la pub, associer quelque chose de positif à un produit, octroie de façon quasi instantanée dans l’esprit des gens les mêmes propriétés positives que la chose, ou la personne à qui il est associé.

C’est pourquoi les marques veulent toutes que des célébrités portent leurs fringues, ou utilisent leurs produits en public. Julia Roberts fait vendre beaucoup de collants en ce moment, CQFD.

 

  • Le foot s’pas compliqué !

Réfléchir, c’est trop dur. Là, comme dans les bons films, y’a les gentils, pis les méchants. Un seul ennemi commun : L’adversaire. L’équipe adverse. Avoir un ennemi commun est la meilleure façon de se faire des potes, voire même d’oublier complètement tous les différends qui peuvent en temps normal, nous éloigner.

 

  • On est contents quand on gagne, et ultra chauvins.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand la France gagne un match, on entend partout “ON a gagnééééééééééé”. Lorsqu’on perd, rares sont les fois où on entend “ON a perdu”. On entend plutôt : “Rhooo les cons ! ILS ont perdu”.

L’être humain aime le sentiment d’appartenir à une tribu de winners. L’être humain n’aime pas avoir l’impression d’appartenir à une communauté médiocre et fera tout pour s’en extirper et s’en désolidariser. On a même tendance à descendre en flèche (comme pour l’éloigner encore plus de nous !) toutes les personnes (ou équipes) considérées comme des losers, au cas où leur loositude soit contagieuse. ça donne ce type de phrase quand l’équipe de France perd : “P*tain, au prix où on les paye, ces enfoirés sont pas foutus de marquer un but ! Qui a sélectionné ces gros nazes incapables de dribbler ! Révoltons-nous !”

(ça explique aussi pourquoi quand on va mal, les gens nous évitent, et aussi pourquoi les riches en foutent plein la gueule aux pauvres. Cela fera l’objet d’un prochain article pour la rentrée !)

 

Les supporters s’associent en règle générale de manière extrêmement forte à la victoire ou à l’échec de leur équipe ou de leurs champions. Et c’est pourquoi ils sont si reconnaissants à ceux qui gagnent et si critiques envers ceux qui perdent.

 

  • Qui dit content, dit sentiment de béatitude +++ lorsque on se sent associé à l’équipe qui a gagné.

Et oui ! Quand on soutient une équipe qui gagne, qu’on saute partout, que l’on a pas à trop réfléchir et qu’en plus, on peut avoir le sentiment d’être un gagnant juste grâce à notre nationalité, (= sans rien fout’ ou juste en buvant d’la bière !) notre cerveau fabrique de l’hormone du bonheur. La fameuse hormone qui rend béat. C’est du pur bonheur gratuit, sans efforts. Qui le refuserait ? Surement pas Homer Simpson !

 

  • Le foot, c’est ancré !

A chaque fois que l’on assiste à un match où notre équipe gagne, on associe un geste, une émotion, et un son. La liesse, une onomatopée, “ON a gagnéééééééé ON a gagnéééééééééééééé !” les bras en l’air, en dansant La lala la la, lala lala lala, la la la la, lalalalalalala la la lalalalalalalalalaallaaaaaa hey hey ! La lala la la, lala lala lalla, la la la la… Etc.

Et si vous êtes familiers de mes articles, ou que vous avez fait appel à mes services de coach, vous savez où j’veux en venir… POINT D’ANCRAGE !!!

C’est de la PNL (Programmation neuro linguistique) et lorsque l’on associe ces trois choses ensemble, cela permet d’enregistrer une émotion (si possible positive ! vous s’rez mignons !) qui pourra nous resservir à tout moment par la suite. On pourra ainsi se glisser dans une émotion de béatitude instantanée à chaque fois que nous entendrons de nouveau la chanson La lala la la, lalala la la la, la la la la (BlaBlaBla) je fais exprès pour que ça vous reste dans la tête, je sais, c’est cruel. Vive 1998 !

 

Maintenant, vérifions si vous avez bien tout compris !

 

En fonction de ce que je vous ai donné comme infos dans cet article, qu’en déduisez vous ?

 

Je sais, je suis une vraie saloperie de coach, et je vous oblige à réfléchir par vous même !

 

J’avais prévenu que je faisais partie de la catégorie des innovateurs, ici, vous ne trouverez JAMAIS du : “comme partout ailleurs”.

 

Vous avez largement de quoi débattre dans les commentaires (Je sens qu’il va y avoir du sport et de la révolte dans l’air, on va bien se marrer !!!)

 

One, two, three… FIGHT !!! (Phrase à dire comme dans Street Fighter Turbo, pour les vieux Geeks nostalgiques comme moi !)

 

Sur ce, j’me casse, je suis en vacances !

 

Bon match à tous !

 

Vous me trouverez si vous m’cherchez à 17h cet après midi, les doigts de pieds en éventail sur une plage privatisée de la Côte d’Azur ! (pour cause de finale de la coupe du monde de foot, vous l’aurez compris !)

Pour aller plus loin, les bouquins qui m’ont permis d’apporter les éléments de réponse à cet article :

 

 

@ Bientôt quelque part mes poulets !

 

Ps : J’ai une serviette de bain SuperMan. Je suis trop wild dans ma tête de geek psychopathe.

 

Ps² : Et oui, je déclare ouvertes mes vacances ! Mais point d’interruption sur ce blog, nous avons programmé, comme d’habitude, un article par semaine, RDV sur ce site vendredi, 7h du mat, comme d’hab pour l’article du dredi, où je vais vous parler de cul. Euh… De couple.

 

Ps3 : Je suis sincèrement désolée, je sais que l’être humain n’aime pas réfléchir, et pourtant je vous ai donné de quoi fumer des neurones pendant plusieurs heures, le jour de la finale. Révoltez-vous bon sang ! Faites la grève de la lecture jusqu’à vendredi prochain ! Bordel !

 

Ps4 : Je n’ai même pas évoqué Walter White, mais ceci dit, s’il vous ne voulez pas que je finisse comme lui, après une révolte intérieure qui m’aurait poussée à aller fabriquer de la meth dans la caravane de mes beaux parents, vous pouvez m’offrir un café, en cliquant sur l’image ci dessous. Vous serez mignons. Merci pour l’humanité. (Et la caravane.)

 

Paie moi un kawa !


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    12 replies to "Pourquoi le foot soulève les foules, alors que personne ne se révolte pour ce qui est important ? La réponse !"

    • Isa

      La version de Jules césar était « du pain et des jeux… » on a dérivé sur « de la bière et du foot » c’est tout ! 😛
      Ça répond à : la facilité d’abord, la vision à court terme et l’ego centrisme (« après moi, le déluge  » ).
      Imitateurs, innovateurs et … des Cassandre ?!! 😉

    • Carmen

      J’en déduis qu’on tend invariablement vers ce qui est facile (j’ai po dit simple, hein, t’as vu!) et qui ne donne pas à réfléchir… #Sodacrushmonamour. Mais bon, ça fait du bien quelques fois de légumer, ou de hurler avec tes potes devant un match de foot, quand bien même tu piges pas grand chose.
      J’en déduis aussi que la grande majorité veut tout, tout de suite, sans avoir à se fatiguer. Alors de là à être patient et réfléchir un tant soit peu afin de fomenter une belle rébellion à la Red Rising (à lire absooooooolument ), il y un fossé, que dis-je, un gouffre, qu’on n’est pas tous prêts à franchir. Je m’inclus dans le lot ;-p

      Pour finir, je citerai BM, grande philosophe des bacs à sable et adepte de la non-réflexionnitude s’il en est :
      « Ben si c’est vrai! Ils l’ont dit à la télé! ».
      « Oh les reportages c’est chiants et ça m’emm***e ».
      « J’en ai marre que tu lises le journal, ça sert à rien ce truc »

      https://www.amazon.fr/Red-Rising-Livre-%C3%89dition-limit%C3%A9e/dp/2013918224/ref=asc_df_2013918224/?tag=googshopfr-21&linkCode=df0&hvadid=273705699776&hvpos=1o1&hvnetw=g&hvrand=13651041161473322445&hvpone=&hvptwo=&hvqmt=&hvdev=c&hvdvcmdl=&hvlocint=&hvlocphy=9055538&hvtargid=pla-454810628531&psc=1

    • Rio Natacha

      Halalalalala qu’elle est bonne cette révolte! Et évidemment que je la partage! J’ai tout de même fait l’impardonnable…j’ai regardé avec mon père le match de foot xD La question s’est aussi posée entre nous: pourquoi le foot remue autant les foules alors que personne ne se bouge les fesses pour des causes élémentaires? Notre hypothèse fut que les gens ne veulent en général pas réfléchir et s’engager pour des causes humaines et environnementales car cela les amènent à contempler de plein fouet le mystère et l’invraisemblance de la vie. Donc à se questionner sur la vie et donc sur LA MORT, sur notre condition d’humain, sur notre médiocrité. Et ça, ça fait bien trop peur! Bien trop mal! Ça remettrait trop de choses en question! La vision réelle de notre humanité et de nos conditions de vie serait insupportable! Alors, on préfère jouir devant un match de foot et éprouver une joie collective plutôt que d’aller voir ce qui se passe dans des élevages, des abattoirs, des usines de textiles, les forages pétroliers, les rues… etc. Parce que ça fait mal, ça donne envie de chialer et de ne plus exister tant l’injustice et la souffrance à laquelle nous consentons tous de part notre mode de vie est insupportable! Alors on ferme les yeux, c’est bien plus commode. Révoltés, rassemblons nous! Alice, je te souhaite de bonnes vacances =) Merci pour cette dose vivifiante d’indignation! Tu auras des nouvelles de ma part courant aout car la révoltée que je suis a enfin décidé de se mettre réellement en action et a fait appel à tes services pour un mega boost =D Bonnes vacances!

      • Alice Kara

        Yessss j’ai vu que tu avais réservé un grand Boost, félicitation ! J’ai hâte de commencer à bosser avec toi 😉 RDV en Août ! Normalement tu as eu toutes les infos, mais passe par mail si besoin. On assure tout de même la permanence. Ton analyse (très juste) vient corroborer les points de l’article, je ne sais pas si tu as lu le bouquin que je recommande à la fin, “Trop intelligent pour être heureux”, qui, même s’il ne traite pas exactement de ce sujet là (ils parle des adultes à très haut quotient intellectuel) mais il donne une analyse très fine de ce facteur justement. Du fait qu’il est très difficile d’arriver à être heureux, lorsque l’on est lucide sur le monde, l’humanité, et tous les “sujets qui fâchent”. Je te le recommande, il est très bien et pousse à la réflexion, que tu as déjà bien avancée !

        • Natacha

          Merci pour le conseil de lecture 😉 A bientôt pour de nouvelles aventures!

    • Biche *

      Tinto de verano !
      Moi, chaque année je reste stupéfaite devant ce spectacle !
      [youtube=https://www.youtube.com/watch?v=RJNcs6LOyU4&w=640&h=390]
      A la télévision ! Je n’irai certainement pas me fourrer dans ce guêpier !!! 🙂

      • Alice Kara

        Tu préféres les abeilles 🐝 je comprends !

        • Biche *

          Ca c’est sûr ! 🙂
          Je vois que mon lien ne fonctionne plus.
          C’est un extrait de la fête de St-Firmin à Pampelune (pour ceux qui ne connaissent pas : lâcher de taureaux et vachettes dans la rue et au milieu de la foule) !
          Cerveza !

    • OphLeïa

      J’en déduis qu’avec patience, on sera de plus en plus nombreux à rejoindre la résistance, que pour cela il ne faut pas argumenter mais offrir de la bière et des cookies pour rallier la cause, donc je propose soirée Rebels au bar avec la Cantina Band, pour que les gens se disent c’est cool la rébellion, ils ont ben du fun, allez on va les suivre !
      #powerofleia

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.