Bonjour à tous mes poulets ! Aujourd’hui, parlons de la véritable intention qui se trouve derrière tout ce que l’on fait. La vraie intention cachée qui se dissimule tout à l’intérieur de nous et tarde trop souvent à arriver jusqu’à la conscience…

 

On cache sa véritable intention - homme qui marche droit devant lui

 

Dans mon métier de coach, j’entends souvent les gens me donner des dizaines, voire des centaines d’arguments contradictoires.

 

Je demande souvent à mes coachés ce qu’ils veulent vraiment dans la vie, et pourquoi.

 

C’est la chose la plus importante à savoir pour moi si je veux pouvoir être en mesure de bien accompagner mes coachés, mais surtout, la donnée qui va amener le plus de clarté dans l’esprit des gens qui viennent jusqu’à moi pour avancer sur leurs projets.

 

“Qu’est ce que tu veux vraiment, et pourquoi ?”

Généralement, ça me vaut quelques bafouilles… “Hum… Euh… En fait, euh… J’en sais rien”.

 

Que ce soit pour monter un business quand j’ai en face de moi quelqu’un qui crée une entreprise, ou plus généralement, quelqu’un qui cherche l’amour, ou quelqu’un qui a un projet de vie, ou veut un nouveau boulot.

 

Trouver la véritable intention derrière tout ce que l’on entreprend, prend du temps.

 

Parce que beaucoup de facteurs viennent se mettre en travers du chemin.

 

Notamment, les projections. De soi même, ou celles des autres !

 

Ce que l’on croit “bien” de projeter sur sa vie, ou sur son avenir.

“C’est bien d’avoir (ça) dans la vie”

(Remplacez “ça” par absolument tout ce que vous voulez !)

 

Mais encore : “C’est bien de vouloir (ça), ça fait classe”

Ou “Mes parents auraient aimé (ça) pour moi !”

 

Ensuite, les croyances !

 

Qui sont plus piège encore…

 

“Si je veux (ça) très fort, j’obtiendrai (ça) !”

 

La fameuse “loi” d’attraction qui nous pousse à croire que tout arrive vers nous si on y croit très fort, par l’opération du saint esprit Univers.

Mais même sans parler de loi d’attraction, et même lorsque l’on y croit pas une seconde, on projette des croyances de “Cause à effet”.

 

“Si je travaille plus, j’aurai plus de reconnaissance”.

Ou, formulé autrement, “Si je ne travaille pas assez, je me ferai virer”

 

On sait bien, si l’on a été employé un jour, que ça ne se passe pas toujours comme ça.

 

Ou, pour les relations amoureuses :

 

“Si je ne suis pas la meilleure version possible de moi-même, il va me larguer !”

“Si je ne suis pas (comme ci) ou (comme ça) il ne va jamais jeter un oeil sur moi”

(Cet exemple-ci aboutit généralement à une salve de rires forcés et débiles, en mode “Je rigole très fort à tes blagues, pour que tu me remarques !”)

 

“Si j’élève mes enfants avec la communication non-violente, ils seront toujours mignons !”

Je ne sais pas si vous avez testé, mais toutes mes cops qui l’ont fait ont quand même eu droit à des caprices monumentaux quand elles ont osé dire NON à un sachet de bonbons. M’enfin… Les enfants aussi ont des véritables intentions bien cachées ! (#BoufferDuSucre pour encore plus em*erder leurs mères désespérément fatiguées ! ahaha !)

 

(Je vous donne des exemples ultra simplissimes, comme d’hab’, vous pouvez penser à d’autres qui sont plus en relation avec vos vies perso, il m’est impossible de tous les citer mes chéris !)

 

Autre facteur qui fait que notre véritable intention derrière chaque chose que l’on fait est cachée, c’est la peur du jugement.

 

Que je mets à part des projections, car cela pourrait faire un sujet de bouquin à elle toute seule tellement on y attache d’importance.

Cette peur du jugement bousille littéralement, pour ceux qui lui donnent de l’importance, toutes les intentions.

 

Parce qu’on veut être une belle personne.

 

On ne veut pas tenir le mauvais rôle.

On veut être aimé.

Nous voulons que les autres nous remarquent.

On veut attirer la sympathie et les félicitations.

 

Nous voulons bien faire.

 

Du coup, on occulte complètement notre véritable intention, pour la planquer derrière une immonde couche de fausses intentions.

 

Des intentions qui vont faire “bien”.

Qui vont plaire aux autres, et nous attirer la sympathie, ou l’amour… De personnes dont nous n’avons généralement pas grand chose à foutre, et qui ne seront peut être même plus dans nos vies dans quelques années.

 

Banzaï !

 

La suite, vous l’avez surement vécue.

 

Déception.

Je dirais même…

Outrage à majestueuse tentative de manipulation.

 

Car oui, c’est une forme de manipulation.

 

Le fameux “ça” ou “chose que l’on a l’impression de vouloir vraiment” n’a rien à voir avec la véritable intention. C’est donc un copieux mensonge que l’on rabat à toutes les sauces.

 

Toutes ces FAUSSES intentions mes chéris… C’est BULLSHIT.

Du bon gros BULLSHITAGE qu’il est temps de balayer !!!

 

Y’a absolument RIEN de vrai là dedans.

Aucunes de vos intentions bidons ne sont vraies. Pas même celles que vous avez élaborées après des années et des années de cogitage intérieur.

On se ment à soi même et aux autres en ne révélant pas la véritable intention que l’on a au fond de nous.

 

Et loin de moi l’idée de vous blâmer de ça, j’ai longtemps fait pareil !

 

Pendant plus de 10 ans, j’ai cru que ma véritable intention derrière toute chose, c’était parce que je voulais aider les gens.

 

Certes, j’aime les gens, même s’ils me pètent les boobs souvent.

Et j’ai à coeur de les aider. Sinon, je ne me ferais pas chier à écrire des articles ici (ou sur mon ancien blog qui va disparaître) tous les vendredis depuis plus de 10 ans.

C’est énormément de boulot tout ça.

 

Mais, en y réfléchissant bien, ma véritable intention, ce n’est pas d’aider.

Cela m’a pris 36 ans pour le comprendre, mais ma véritable intention, c’est de faire marrer les gens. Et si j’veux faire marrer les gens, c’est parce que voir des gens rire comme des patates, ça m’apaise. Cela me rassure sur le monde. Cela me donne l’impression que le monde va mieux. Faire rire les gens, sur scène comme je projette de le refaire bientôt, ou ici, ça me donne l’envie de continuer à vivre dans ce monde.

 

Si je fais rire les gens, c’est parce que cela me fait du bien.

Ca fait du bien aux personnes en face de moi je l’espère, mais à moi surtout.

 

Et si sur le chemin, j’arrive à comprendre un peu mieux le bordel du monde, et à partager tout ça… Bingo.

 

J’ai pas envie d’aider les gens juste pour les aider.

Personne ne veut ça, et si c’est jusque là ce que vous avez cru être votre véritable intention, vous vous plantez.

 

Il faut creuser plus en profondeur. Aller plus loin dans l’introspection de vous même.

 

Lorsque j’ai créé mon tout premier blog, j’avais mis une citation de Christian Bobin.

 

“L’intelligence est la force, solitaire, d’extraire du chaos de sa propre vie la poignée de lumière suffisante pour éclairer un peu plus loin que soi – vers l’autre là bas, comme nous, égaré dans le noir”.

 

Il n’y a aucune véritable intention qui soit mauvaise.

Ce que je vais dire là va sembler très controversé, et je comprendrais que vous n’y adhériez pas.

 

J’ai étudié les tueurs en série.

Au fur et à mesure, je me suis rendu compte d’une chose.

Leur intention à tous n’a jamais été de tuer en vérité.

Leur véritable intention, est la même que la plus grande majorité d’entre nous.

Et leur vraie intention, c’est de se faire du bien.

 

Le moyen est horrible. On est d’accord. La façon de faire ça est immonde.

Mais l’intention, peu importe d’où elle est venue ou comment elle a évolué dans leur cerveau, est louable.

 

On veut tous être heureux et.. Se faire du bien.

 

La véritable intention qui se cache derrière tout ce que l’on fait, est égoïste.

Nous sommes des êtres humains.

 

Les plus grands hommes, ceux qui ont fait du bien à l’humanité n’étaient pas différents de nous.

 

Ils voulaient être le changement que EUX voulaient voir advenir dans le monde. (Ghandi !)

 

Ce changement était souhaité par un morceau de la populasse, mais certainement pas pour par tout le monde, y’a qu’à voir le nombre de leurs opposants !

 

Mère Thérésa :

Elle était si énervée de voir la misère qu’elle a tout fait, non pas pour aider les autres, mais pour combler en elle la culpabilité de ne rien faire pour changer ça. Elle voulait elle aussi trouver un peu d’apaisement, et… Se faire du bien.

(Phrase à ne pas sortir de son contexte, on est d’accord !)

 

Coluche, mon poto :

Il a créé les restos du coeur, pour donner à bouffer aux gens certes, mais parce qu’il voulait aussi faire un coup de pub et em*erder les politiques. Satisfaction personnelle louable, mais satisfaction personnelle quand même. Tout comme ça lui faisait du bien de nourrir les chats du quartier tous les matins par sa fenêtre. (Et c’est le même principe pour tous ceux qui créent des associations en tout genre…)

 

J.K Rowling !

Elle ne voulait pas réellement donner du bonheur à des milliards de lecteurs partout à travers le monde. Elle voulait écrire pour sortir ces histoires de sa tête et gagner assez d’argent pour nourrir sa gamine.

 

Est-ce que ces personnes sont à blâmer pour autant ? Non, certainement pas.

Au contraire, arriver à percevoir en eux cette vulnérabilité les rend à mes yeux, et j’espère aux vôtres, plus humains.

 

Peu importe la véritable intention cachée derrière toute chose que l’on fait. Elle est toujours positive.

 

On ne la choisit pas réellement.

 

Ce que l’on choisit en revanche, c’est ce que l’on en fait. Le moyen que l’on utilise pour l’habiter. La nourrir. Et l’apaiser.

 

Le moyen mes chéris.

Le moyen importe.

 

Ce moyen, vous pouvez le choisir.

Et la faim/fin ne justifie pas toujours les moyens.

 

On peut justifier une intention, et comprendre pourquoi elle est là.

Le moyen lui, c’est vous et vous seuls qui en décidez. Choisissez le bien.

 

J’ai choisi de faire rire et de vous aider à comprendre un peu mieux le bordel du monde pour, si vous êtes comme moi, que vous y trouviez une certaine forme d’apaisement.

 

Et vous ? J’ai hâte de lire vos commentaires là dessus mes chéris !

 

@Bientôt quelque part mes poulets 😉

 

Ps : Pendant quelques semaines, j’ai une nouvelle recrue dans la team qui répond aux mails avec nous. Il s’agit de ma BFF, Zoé, alias mon Poulet Suprême, c’est aussi elle qui répond au téléphone pour la prise de RDV. Elle fait ça très bien. Cela me permet de me concentrer sur un projet d’écriture, et j’ai besoin de tout mon cerveau pour le mener à bien, j’ai hâte de pouvoir vous en dire plus, et j’espère sincèrement que ça va vous plaire 🙂

 

Ps² : C’était pas un article très drôle, j’en conviens, ahaha ! Mais trouver en soi la force d’accueillir sa propre vulnérabilité, et user et abuser de beaucoup d’auto-dérision attachiante, c’est vachement bien aussi, essayez, vous pourrez être surpris !

 

Ps3 : Quand j’écris, je bois beaucoup de café, et vous pouvez m’en offrir un ici si vous aimez mes articles (Les drôles, et les moins drôles !) cliquez simplement sur l’image ci dessous :

Paie moi un kawa !


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    9 replies to "Quelle est la véritable intention cachée derrière tout ce que l’on fait ?"

    • François

      Salut Alice
      Donc, on fait ce qu’on kiffe … cool 😉
      Et peut importe les moyens pourvu qu’on les kiffes aussi donc … trop trop cool 😉
      Bon ça tombe bien car en ce moment y a qu’un truc qui me donne envie …
      Tu sais comme dans la pub …
      « C’est ce qu’on sait faire de mieux… »
      Oui oui c’est ça … rien
      Et bien je vais te dire … c’est du boulot ne rien faire
      Comme dit qlq’1 que je connais ça fait même bcp de gros « bordel » dans la tête, ton corps et dans ta vie.
      Mais bon ça fait rien 😉
      Et puis t’en cas faire allons l’explorer à fond ce rien.
      C’est même le meilleur moyen de le transcender enfin j’espère 😉
      Qui vivra verra
      @pluche Alice
      Merki beaucup et vivement dredi
      François

    • Carmen

      Finalement, la réponse est assez simple. Se faire du bien. C’est exactement ça #révélationdujourpourmoi! Merci.
      On cherche souvent des réponses altruistes, au final chacun pour ma gueule! Je plaisante mais tu viens d’éclaircir ma journée.
      Pourquoi écrire? Je viens de comprendre que ça me met dans un tel état de satisfaction et de bien être que c’est la raison qui me pousse à le faire. Yep, Alice, one point!

    • Natacha

      Super article! Et mail très touchant aussi 🙂 J’ai également pas mal réfléchi sur le sujet ces derniers temps…notamment au travers d’une effroyable situation que m’a avoué une proche récemment: son mec, depuis près de 5 ans, est violent tant physiquement que psychiquement. J’ai dès lors essayé de décortiquer la situation dans tous les sens…comment un type intelligent et gentil peut faire ça et comment une nana l’accepte bon gré mal gré???? Et bien l’intention que je pense avoir trouvé derrière est: “aime moi putain! Reflète moi que je suis bien et digne d’être aimé! Si le miroir est trop sale alors je le casse” … C’est perturbant puisque cela voudrait dire qu’il n’y aurait dans l’absolu aucun bourreau, aucune victime, ni de bien ni de mal, seulement l’intention, le besoin viscéral commun à probablement l’humanité entière: aimer et être aimé. C’est franchement perturbant la nature humaine xD Pour finir, ton article m’a fait pensé à une phrase de “Zarathoustra alias Nietzsche” lu pas plus tard qu’hier: ” Votre amour du prochain n’est que votre mauvais amour de vous même. C’est pour vous fuir que vous vous empressez autour du prochain, et vous voudriez en faire une vertu; mais j’ai percé à jour votre désintéressement.”….bon, ça c’est dit xD A méditer…

    • Carine Mouysset

      J’ai un immense plaisir a ecouter et respecter le souhait de mais clients(coiffeuse pasionner) si sa leur coresponds biensur. Cela me procure de la joie et de la satisfaction de voir un sourire sur leurs visages quand ils sortent de chez moi et une grosse deception quand je ne l’ai pas et sa me bouffe une partie de ma journee.

      • Alice Kara

        Concentres-toi sur l’art du travail bien fait, non de comment les gens le reçoivent ou de ce qu’ils en font. L’important est que tu puisses ouvrir le dialogue, leur demander si ils sont contents ou non, et arranger si besoin, mais certains ne sourient que quand ils se foutent les doigts dans la prise, et tu n’es pas responsable de ça 🙂

        • Carine Mouysset

          En fait je m’aperçois que j’ai surtout besoin de reconnaissance

    • Biche *

      A propos des tueurs en série…
      “Il vaut mieux être poreuse que poreuse” , parfois on vous incruste des scènes dans vos rêves qui expliquent le pourquoi en est-on arrivé là. Moqueries subies, personne ne vous a appris les codes de la séduction etc… même si vous êtes un scientifique au QI supérieur à la moyenne.
      J’ai plus de mal à comprendre les motivations de la mafia, des trafics en tous genres, des je veux devenir riche peu importe les moyens. Devenir riche pour être aimé ? Revanche sur la vie ?
      ?????????????

      • Alice Kara

        Souvent, c’est pour se rassurer 🙂 Chercher la sécurité aussi. L’argent semble contrôlable, comparé à beaucoup d’autres choses, vu qu’il est matériel. Pour compenser l’immatériel, dont l’amour ou le bonheur font parti, qui ne l’est pas du tout 😉

      • Biche

        Poreuse que peureuse 😃 !

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.