Bonjour à tous mes poulets !

Aujourd’hui, j’avais encore prévu de publier mon fameux article sur les bulles (que ça fait des semaines que je vous dis que j’vais le pondre celui là lol) mais une nouvelle fois, je change de plans !

(Vous l’aurez un jour, vous l’aurez ! lol)

 

Bref ! Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’hypersensibilité et de plein d’autres trucs en vrac.

 

La conférence (replay là) de Laurie Audibert sur ce sujet de l’hypersensibilité était d’ailleurs super bien foutue et je vous la recommande fortement si vous pensez être hypersensible ou que vous en connaissez et ne savez pas comment interagir avec eux, foncez !

 

Donc… Qui dit “capacités de connexion à tout le bordel cosmico bordélique” (non j’ai plus envie de dire médium, ça me casse les ovaires ce qui est fait de ce mot, VRAIMENT.) soit, connecté à tout ce qui vit, que ce soit mort ou vivant, ou mort vivant (c’est flippant ça hein ! mouahaha !) dit hypersensibilité poussée à l’extrême limite du supportable pour un mental humain à peu près normalement constitué.

En gros, c’est la merde. La grosse merde j’veux dire.

Rajoute à ça un taf dans l’humain, ça donne de l’auto-combustion spontanée de neurones qui se suicident à la moindre émotion.

 

Non mais c’est vrai, faut être maso quand on est hypersensible pour bosser dans l’humain quoi… On est d’accord !

 

Je suis complètement maso. (Je suis morte de rire en écrivant et très fière des conneries que je vais continuer d’écrire là tout de suite, bien que je n’ai aucune idée de ce que je vais pondre comme d’hab lol)

Je suis barge. (Simpson ? #JeuDeMotPourri)

 

Mais comme j’peux pas faire un autre métier, il a bien fallu que j’m’adapte.

 

En 10 ans de taf dans l’humain, j’vous dis pas tout ce que j’ai vu passer comme trucs de ouf.

Du genre de trucs de ouf que après en avoir entendu la moitié, même sans être hypersensible, t’as besoin de t’asseoir  par terre (même si y’a du caca de chien là où tu poses tes fesses tu t’en fous) et de rester assis par terre le regard dans le vide pendant plusieurs heures.

Et quand t’es un tantinet hypersensible, t’appelles ta mère et t’essaies de négocier de revenir passer l’éternité dans son canal ovarien.

 

Ce genre de ouf.

Des trucs que tu peux pas comprendre pourquoi ça existe, pourquoi des gens vivent ça, et quel est le con qui a signé pour créer ça au service design de la vie quoi… lol

(Sérieusement, vous avez chialé devant ma vidéo avec les feuilles là, mais ce que j’ai vécu, à côté de ce qu’ont vécu certains de mes consultants, c’est du pipi de chat quoi…)

 

Et donc quand t’entend ce genre de trucs, et que tu t’appelles Alice Kara, tu peux pas te défiler et dire à la personne qui a besoin de toi, “Scuze-moi deux petites heures là, je vais m’immoler avec du Chanel numéro 5, je reviens”. Nope. Quand tu t’appelles Alice Kara, les gens ils comptent sur toi, et si tu montres la moindre étincelle de panique dans le regard ou le ton de ta voix, c’est les gens qui ont envie de partir s’immoler.

 

Oh je dis pas que ça m’arrive pas d’me poser le cul dans le caca de chien hein… Je peux juste pas le faire tout de suite. J’le fais après. Parce que sur le moment, faut que je gère et que je gère en faisant ce que je fais de mieux :

 

Dédramatiser la situation, remettre les choses dans leur vrai contexte, et remettre les gens droits dans leurs bottes. (Et je leur rappelle qu’ils savent faire le nœud de leurs lacets eux mêmes s’ils sont sages lol)

 

Et j’le fais en rigolant avec les gens, pis des fois ils chialent et on fait un câlin pis hop, ça repart.

 

J’me fous lady Gaga à fond dans les oreilles, et on enchaîne avec la suite. Hop aussi.

 

Comment donc en tant qu’hypersensible, j’ai réussi à faire ça ?

Outre le fait que les moments WTF chez moi, c’est high level (que vous n’avez même pas idée et que même dans vos cerveaux là tout de suite, tout ce que vous essayez d’imaginer, vous êtes loin loin du compte… lol) et que du coup il n’y a plus tellement grand chose qui m’étonne…

Et que je reçois une quantité considérable de messages de gens qui m’expliquent leur bordel chaque jour… (D’ou la description de mes services de consultation “En cas de petit, moyen ou gros bordel” j’ai rien inventé j’ai juste repris les mots qu’emploient les gens dans leurs messages pour moi lol)

 

Et ceux qui vont dire que c’est parce que j’suis éveillée blablabla, que neni mes chéris, l’éveil n’enlève pas la souffrance ni l’hypersensibilité, elle est juste mieux vécue, car pas vécue par la personnalité elle même, m’enfin spa le sujet là tout de suite, donc on s’enf lol

 

Donc comment j’ai fais ?

Bah j’ai fais le truc le plus aberrant qui soit aux yeux de tous les hypersensibles… Et à mes propres yeux aussi.

J’ai fait une putain de liste de tous les trucs les plus graves ou les plus magnifiques que j’avais vu, lu ou entendu dans ma vie.

Pis j’ai trié cette liste du moins grave/moins beau  en grimpant vers le plus grave/plus beau.

Ce que moi je considérais comme étant grave/magnifique bien évidement étant donné que tout est subjectif dans la réalité du mental. (Et de l’expérience qui se pense être vécue… Et du moment…)

 

J’ai trié ça de 1 à 10.

 

Exemple :

“J’me suis pété un ongle”, “J’adore les pommes” :  ce sont des informations de niveau 1.

“Je suis en train de me noyer dans le lac”, “Je suis enceinte de quadruplés” : Niveau 9.

(Mon niveau 10 est encore vide, j’aime l’idée qu’en fait à un moment, ptet que ça rejoint le niveau 1 comme le symbole de l’infini lol)

 

Mon attention est titillée et ma curiosité s’ouvre quand je rencontre un truc à partir du niveau 8 seulement.

 

Tous les autres trucs, en dessous du chiffre 8 sur ma liste, et qui pour un hypersensible normalement pourraient créer des angoisses ou du stress, pour moi, j’ai réussi à les passer du côté lumineux de la force…

 

Dans le sens où c’est du déjà vu, (Y’a eu jurisprudence dans mon cervelet gauche quoi…) et je gère la fougère, et je sais quoi dire, et ce que je dis c’est rodé, et ça a fait ses preuves, et mon cerveau a bien intégré le “en dessous de 8, paniquer ne sert à rien”.

 

Les niveaux 8 et 9, sont What The Fuck certes, mais jamais encore je n’ai vu quelque chose qui n’a pas pu être géré. Quelle qu’en soit l’issue. Et dans le temps, comme je l’ai dis plus haut, j’en ai géré un paquet de trucs au dessus du 8 lol

 

Mes amis le savent, ils peuvent m’écrire pour tout et n’importe quoi, mais ils n’actionnent la fonction “DING” de mon cerveau, qu’en cas de truc au dessus de 8.

 

Avec le temps, c’est même devenu un truc à se fendre la poire entre eux et moi…

“Alice, j’ai un putain de 8 pour toi !!!”

Vas y…

“Mon artère s’est bouchée et si on m’opère pas maintenant tout de suite, je meurs”

Ah ouais, superbe 8 !

 

Ou…

“Alice, j’ai un cancer”.

Ah ouais, cet enfoiré de merde de crabe, c’est effectivement un 8 !

 

Ou…

“J’ai fais une tentative de suicide hier”

8 aussi…

 

Ou…

“Alice, je quitte le AK Show à la fin de la saison !”

Ah râpé, ça avec le temps et la redondance, c’est devenu un niveau 2… lol

 

Mes poulets, toutes ces “nouvelles” que je viens de vous citer là, se sont concentrées dans la journée d’hier seulement. Et c’est quasi tous les jours comme ça ! Dans le “positif” ou le “négatif”, parfois que dans un sens, parfois dans les deux, parfois un mélange savant d’encore plus wanegain que le méga wanegain… Autant vous dire que, émotionnellement, je n’ai pu garder aucun apprenti padawan jusqu’ici !

 

Y’en a eu deux trois qui ont voulu passer une journée avec moi, ils sont partis en courant les pauvres… Y’en a même une que j’aurais voulu courir avec elle tellement cette  journée là était la pire de toutes lol

 

Y’a trois jours, c’était mon docteur qui me filait un 6… “Melle, si on opère pas votre jambe très rapidement, il faudra vous amputer d’ici 5 ans. L’évolution est irréversible”.

Suivie par un 7… “La convalescence est longue, il va falloir prévoir un arrêt de travail de plusieurs mois…”

Et clôturée par un 9 dans mon cerveau : “Je ne vais pas pouvoir tout faire, ça signe un break pour le AK Show et peut être même un arrêt total.”

 

Pis… Qui dit 9, dit… On s’assoit par terre dans un vomi de chat… On fout Lady Gaga à fond dans son ipod, et… Bah… HOP.

On repart en avant vers une nouvelle journée what the fuck, magnifique, horrible, merveilleuse, à chialer tellement c’est ouf, et on la vit à fond.

 

Tout ça pour vous dire que la vie elle vous arrive pas à vous mes poulets, elle arrive.

LIFE HAPPENS.

LA VIE ARRIVE.

IL NE VOUS ARRIVE RIEN VRAIMENT. Y’A JUSTE LA VIE QUI ARRIVE.

ET PARCE QUE LA VIE ARRIVE, LES MERDES ARRIVENT AUSSI. LES MIRACLES PAREIL.

Il se passe exactement la même chose avant un tsunami qu’avant un miracle : RIEN.

 

 

Alors asseyez vous le temps dont vous avez besoin, pis relevez vous quand vous vous sentez prêts, et HOP.

 

@Bientôt quelque part mes poulets !

J’vous kiffe.

 

Ps : J’ai été interviewée par Delphine Meyer, du site du coeur à soi hier, et si vous voulez écouter le replay (ou je dis des trucs qui complètent cet article là d’ailleurs) cliquez là :

http://decoeurasoi.fr/de-coeur-a-coeur-avec-alice-kara/

 

Ps² : Le café c’est bien, mais là j’avoue, je vais quand même faire un bongrododo et m’accorder une grasse matinée. ahaha !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    1 Response to "Je suis hypersensible et j’te merde ! (La vie, ça arrive à tout le monde)"

    • Biche

      Excellent article Alice ! 🙂

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.