Bonjour à tous mes poulets ! Aujourd’hui, parlons connerie humaine, parlons connassitude, parlons de l’humanité, et partons du principe qu’on est tous cons. A peu près !

 

On est tous le con de quelqu'un - Alice Kara Feat Le Labo De Malou

 

Quand on parle de connerie humaine, on a tendance à ne quasiment jamais s’inclure dans la balance.

Or, je ne pense pas me fourvoyer en vous disant qu’on est tous le con de quelqu’un.

 

En voici un exemple, tout con, (lui aussi !)

 

Vous êtes tranquillou dans la file d’attente de la CAF. Admettons.

Devant vous, y’a une nénette qui a oublié son papier de référence 22 AYZE. (C’est inventé, ne vous imaginez pas de conneries ! Enfin si, mais juste pour rire !) Comme elle est énervée que personne ne lui ai dit qu’il fallait qu’elle pense à rapporter ce papier, elle commence à foutre le bordel.

Forcément, comme ça fait 40 années consécutives que vous poireautez devant le guichet et que son oubli va vous faire poireauter encore 30 bonnes années de plus, vous ne pouvez vous empêcher de penser :

“-Rho la conne !”

Nous en conviendrons aisément, vous auriez forcément mieux fait. Ou en tout cas pas fait chier le monde comme elle. (Comme vous me lisez régulièrement, je pars du principe que vous êtes futés, et pas chiants. C’est un fait. Ou en tout cas, c’est comme ça que j’vous imagine, ne vous avisez pas de péter mes rêves !)

C’est là que, (attention, je vais prononcer un mot compliqué !) COGNITIVEMENT parlant, vous devenez ce qu’on appelle dans le jargon, “le point de référence”.

Un point de référence, en PNL, c’est un truc auquel on se réfère comme étant la “moyenne”, ou “la normalité”. Souvent, quand on observe les autres humains, c’est soi même. Sa propre pomme.

Vous êtes donc ici, le “Pas con du tout”.

Mais… C’est sans compter le type de derrière, qui lui, vous scrute depuis 40 bonnes années, et n’a pu s’empêcher de remarquer que vous aviez foutu une chaussette de chaque couleur.

Comme lui ne ferait JAMAIS cette erreur fatale, il ne peut que lui venir à l’idée :

“OMYGOD qu’il faut être con pour mettre ses chaussettes à l’envers”.

Et voilà comment, en moins de 40 années lumière, vous êtes devenu… L’ultra con, de quelqu’un !

 

On pourrait continuer la boucle comme ça de façon infinie.

 

Con – Clusion :

On est tous cons. Plus ou moins cons. Grandement cons.

 

Et pour vous expliquer le principe, j’ai fait appel à Malou Moulis, du Labo De Malou, et on vous a fait une vidéo, à peu près.

 

Un ptit mot sur Malou, qu’est loin d’être conne, (parfois !)

J’vous parle souvent d’empathie, et cet article de manière détournée ne déroge point à la règle, car c’est une incitation à accepter la connerie humaine finalement, et l’histoire commune de Malou et moi est une histoire d’empathie.

L’empathie se transmet lorsque l’on partage des expériences de vie communes, qu’on se rapproche et qu’on ose se parler des vraies choses et s’avouer qu’on passe par des moments difficiles.

Un vécu.

Et bizarrement, avec Malou, on a fait une pause vidéo quasiment au même moment.

On avait besoin de “poser” pour mieux se repositionner.

Avec la culpabilité qui va avec, avec la vulnérabilité, avec les doutes, avec la honte, de ne pas faire ou ne pas avoir fait assez bien.

On s’est rejoint là dessus. Pleinement.

Surtout qu’en plus, on est pas trop cons non plus. J’crois.

On s’est serré les coudes parce qu’on se comprenait.

Parce que des fois, on a pas besoin de nos potes, on a besoin juste de quelqu’un qui va nous comprendre parce qu’il est capable de faire preuve de l’empathie qu’il nous faut sur le moment.

Et moi, ben j’avais besoin de quelqu’un de créatif qui puisse comprendre mon cerveau artistico bordélico mal fichu.

Presque deux ans ont passé, et on a enfin trouvé le temps pour caler nos agendas et nous rencontrer, en vrai.

On s’est vues deux fois.

La première, on a papoté. On a kiffé. La seconde, on a papoté aussi, on a kiffé pareil, mais on a aussi bossé un peu. Pour nous d’abord. Sur nous beaucoup. Pis aussi pour vous aussi.

On s’est remises en selle en se serrant les coudes. Et ça a donné cette vidéo.

 

 

Je ne sais pas si on va reprendre l’une et l’autre les vidéos de manière aussi assidue qu’avant, mais pour la première fois depuis longtemps je crois que l’une et l’autre, on s’est éclatées et ça nous a fait du bien.

Donc, je ne dirais pas con-taine, je ne boirai pas de ton eau, car il se pourrait bien que nous en fassions d’autres. Ensemble, et chacune de son côté.

Si ça vous plaît, faites nous un gros kiff et mettez des pouces sur YouTube, et racontez nous dans les commentaires vos impressions.

On est un peu fébriles, mais on a l’intelligence des artistes, et on espère que vos commentaires seront aussi cons que nous !

 

@ Bientôt quelque part mes poulets 😉

 

Ps : T’estimes à combien ton degré de connerie ?

Ps² : Si cet article t’a offensé, Menfoumentape, t’es trop con, tu comprends pas l’humour. ( #Devilinside)

Ps3 : On a bu beaucoup de café entre les tournages, le montage pis tout… Tu peux m’offrir de quoi remplir mon mug en cliquant sur l’image ci dessous :

Paie moi un kawa !


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l’imparfaititude aux méthodes farfelues et ultra efficaces, Alice Kara dénote dans le monde du développement personnel ! Ses techniques, elle les crée et les peaufine avec des outils qu’on ne voit nulle part ailleurs, ça surprend au départ, mais on s’y fait vite ! Ses programmes de coaching sont à son image, teintés de psychologie, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.