Mon (à peu près) bio de provocatrice de sourires

De coach, de speaker, d'animatrice, de Youtubeuse, d'auteur, de productrice, d'entrepreneuse, de boss, etc etc.

Je suis une coach qui allie la bonne vieille psycho avec des méthodes de coaching modernes, le tout, saupoudré de beaucoup d'humour.

Je m’appelle Alice Kara, et je suis “Master Life Coach”.

J’ai d’abord fait des études de psycho, ce qui fait que je n’exerce pas comme la plupart des coachs de la nouvelle vague à la mode en ce moment. Certains diraient que ça fait de moi une coach à l’ancienne. Moi j’te dirais que ça fait de moi une coach qui a appris le solfège avant de commencer à jouer sa musique.

Parce que pour être coach, peu importe le type de coaching que l’on exerce, et  particulièrement le coaching de vie, il faut avoir du vécu. Sauf qu’on ne peut pas enseigner à vivre, seule la vie est capable de le faire. On ne peut pas non plus enseigner la vie, alors voici mon “histoire”. Un bout, en tout cas.

Je suis accroc à la psychologie humaine. Insatiable sur ces sujets là depuis que je suis toute petite.

La raison à cela, c’est que depuis gamine, je ne comprends absolument rien au monde.

Y’en a qui vivent très bien sans le comprendre, mais chez moi, c’est obsessionnel.

Je suis née en colère contre à peu près tout ce qui n’a aucun sens.

Tout ce qui ne fait aucun sens et ne trouve aucune explication dans mon cerveau.

Je ne comprenais pas ce que je vivais, et pourquoi d’autres personnes étaient obligées de vivre ça aussi.

Les violences, le besoin de faire du mal aux autres (les gamins qui s’en prennent aux autres dans la cour d’école), les douleurs physiques, les maladies, les mensonges, l’hypocrisie, écraser les autres, souhaiter qu’ils ne réussissent pas, le besoin de domination, de réussir à tout prix, l’amour du pognon pendant que des gens crèvent de faim, la mort, la vie…

En gros, absolument tout ce qui ne trouve aucune explication tangible, mise à part “l’être humain est très, très con”.

J’en ai souffert énormément, et il arrive même que ce soit toujours le cas.

Sauf qu’au lieu de passer mon temps à ruminer et à pester contre la terre entière, j’me suis mise à étudier.

La psycho dans un premier temps.

Qu’est-ce qui fait de l’humain, un humain ?

Pourquoi est-il con ? Est-ce que tout le monde l’est ?

Peut-on changer quand on est con ?

Brassens disait que non. Mais ça ne coûtait rien de vérifier.

Je me suis mise à observer l’être humain et l’humanité sous toutes ses coutures et je me suis aussi intéressée à plus “lourd”. J’ai fait un mémoire sur les tueurs en série. J’ai même voulu en faire mon métier, mais à l’époque, il n’y avait que le FBI qui formait au métier de profiler, et venant d’une famille modeste, c’était pas dans le budget.

D’ailleurs, continuer mes études de psycho n’était pas non plus dans le budget. J’ai dû aller bosser, “comme tout le monde”. J’ai bossé pour un service clients.

Mais là aussi, le monde de l’entreprise ne faisait aucun sens.

J’y ai retrouvé tous les trucs que je connaissais déjà, comme dans un petit microcosme organisé en mode pyramidal.

J’en suis venue à la conclusion suivante : Ce qui existe dans l’infiniment petit (une entreprise) existe aussi dans l’infiniment grand (le monde entier).

C'est le bordel.

Suite à des problèmes de santé, j'ai perdu mon travail. Je n'y serais de toute façon pas restée. S'en sont suivies de looooongues années de remise en question et de doutes. J'avais 22 ans, j'étais handicapée suite à une opération chirurgicale ratée, et j'ai mangé grâce aux restos du coeur, pendant presque 4 ans.

Comme je ne pouvais pas faire grand chose d'autre, je me suis intéressée et j’ai étudié… La physique quantique.

La cosmogonie. La théorie des cordes, ce genre de trucs.

L’Univers, comment il a été créé, le big bang, les trous noirs, la matière noire, la physique des particules. Etc Etc.

Conclusion : Malgré tout le bon vouloir et tout l’investissement de gens absolument brillants et géniaux, comme le professeur Stephen Hawking, là non plus, rien n’a de sens.

J’ai donc été fureter du côté de… La spiritualité.

Un peu de théologie... Beaucoup de thé vert.

J’ai tout testé.

J’ai même été à la recherche des “maîtres ascensionnés” en Inde, toqué à la porte du Dalaï Lama, médité, médité, médi-thé, assisté à des séminaires, des satsangs, des conférences,  lu des milliers de bouquins, acheté des dizaines de méthodes pour être plus cool, fait du taï chi, du reiki, etc.

Certains trucs étaient sympas, et venant d’une famille de cartomanciennes, j’ai même exercé comme dans la lignée familiale, en tant que médium.

Je pensais que ça aidait les gens. Que ça apaisait un peu de leur mal-être.

Mais je me suis vite rendu compte que ça n’aidait pas du tout.

Je voyais qu’ils avaient plein de choses à développer, et je mettais le doigt sur tout ça, mais tout ce qu’ils voulaient c’était savoir avec qui ils allaient coucher samedi, ou s’ils allaient un jour gagner au loto. Ou pire, ils pensaient que juste en consultant un médium, ça allait les décharger de toute responsabilité quant à leur avenir.

Alors comme à chaque fois que l’on se force à faire un truc pour lequel on est doué mais qu’on n’aime pas, j’ai fini par faire un burn out.

Je n’avais toujours pas de réponse à mes questions. “Pourquoi ? et WTF!”

Je suis tombée sur des bouquins “spirituels” parlant de la “non-dualité”. En gros, la non dualité semble être l’essence de tous les courants spirituels et de toutes les religions. Globalement, tous au départ (et avant que ce qui a été dit ne soit détourné par l’être humain), disent la même chose.

AIMEZ-VOUS BORDEL !

(C’est un résumé très résumé, mais l’idée est là !)

Ils parlent tous du fait que l’on est TOUS UN et que tous, nous ne formons qu’une seule et même entité, sans but ni dessein, et qu’à l’image de la vie et de l’Univers, nous ne sommes que de l’énergie. L’énergie ne pense pas, elle ne réfléchit pas, elle n’a pas de personnalité ni d'ego, nous n’avons aucune idée d’où elle peut bien venir réellement, ni même de ce qu’elle fout là. Et puis surtout… Elle n’a pas de sens. (Bord** de fu** de mer** !:#&@ !!!)

Pour couronner le tout, j’ai vécu à cette époque là une espèce d’expérience mystique que les éveillés appellent un “sahmadi” (non, je n’avais consommé aucune drogue, je me réveillais juste d’une sieste) et qui a duré plusieurs jours. Cette expérience a non seulement corroboré le fait que RIEN N’A DE SENS, mais en plus m’a filé la certitude que ça ne sert à rien d’essayer de lui en trouver un.

Conclusion… C’est le mimi, c’est le rara, c’est la mé-merde ouais ! ahaha !

Cette mé-merde n’a pas arrangé mon mic mac, et m’a encore plus énervée.

Sauf que plutôt que de rester énervée, et vu qu’il n’y avait pas d’issue, j’ai choisi de ne pas me laisser submerger par la colère. (Merci Star Wars et particulièrement Yoda, qui a finalement toujours été le mec qui s’est le plus approché de la vérité !)

J’ai décidé de l’utiliser pour créer du sens. Le sens que moi je voulais.

J’ai choisi de transformer ma colère en quelque chose de positif à mes yeux.

Comme l’a dit Gandhi, d’être “le changement que l’on veut voir advenir dans le monde”. Même si le monde n’a absolument aucun sens et que ce que l’on fait ne sert peut-être à rien, j’avais envie de le faire quand même.

Je suis revenue à mes précédentes recherches. La psycho. Je me suis formée au coaching, obtenu une dizaine de certifications. Je me suis spécialisée dans ce qui me plaît et me passionne vraiment. La psycho sociale, et tout ce qui fait que l’être humain est un humain comme les autres. Qu’est-ce qui explique l'irrationalité, la vulnérabilité, l’amour, les doutes, la souffrance, comment s’en servir, les mettre en valeur, les modifier si besoin, les transmuter.

Comment retrouver la paix intérieure dans tout ce bordel qu’est l’humanité ?

(Sans fumer de trucs illicites ou s'habiller en gourou !)

J’ai trouvé pas mal de réponses, notamment dans les travaux et recherches de Dan Ariely, de Brené Brown, ou encore de Robert Cialdini, pour ne citer qu’eux.

J’ai travaillé sur moi. J’ai élaboré des techniques, je les ai testées. J’ai allié tout un tas de choses que j’avais appris tout au long de ma vie.

J’ai allié le coaching avec de la psycho, avec de la science, de la spiritualité, mais surtout… beaucoup de détente de string, du menfoumentape, et d’humour.

Parce que s’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est que peu importe le sens que l’on donne à la vie, on n’est pas là pour se faire chier.

Et si la vie n’a réellement aucun sens, autant jouer le jeu et se marrer. À plein poumons. Autant faire de nos vies de grands éclats de rire.

Nous approcher du bonheur de la plus simple des façons. Guérir nos blessures, célébrer nos aspérités d’êtres humains, les observer sans les juger, et rire, rire, sourire et vivre.

Vulnérables, beaux.

Autant rire de la confusion, car c’est ce qui nous rend vivants.

L’humour, c’est, comme le dit Mary Poppin’s, le morceau de sucre qui aide la médecine à couler.

L’arme qui fait que l’amour prend vie et apaise nos blessures les plus profondes.

Alors...

Bienvenue dans mon monde.

Bienvenue dans mon nawAK.

Je vais t’aider à faire la paix avec le tien,

et on va se marrer.

Ce parcours bordélique m'a amené à créer et développer des méthodes de coaching qui chamboulent l'intérieur, pour plus de clarté à l'extérieur.

Voici quelques unes des choses que je peux faire pour toi :

  • Arriver à y voir plus clair dans ton bordel
  • T'aimer, pleinement et follement, et développer ton potentiel
  • Faire la paix avec ta vie et tout ce qu'elle contient
  • Soigner tes blessures émotionnelles, et guérir l'héritage qui les as amenées là

Tu peux en savoir plus là dessus dans la rubrique "Boosters".

Et voici mon équipe NawAK !

Car en réalité, un chanteur n'est pas grand chose sans ses musicos, ici, c'est pareil.

Je suis entourée par une team constituée au fil des années de personnes sans qui rien de tout cela ne serait possible. On s'est toutes prêtées au jeu de l'à peu près portrait chinois, voici nos réponses :

shadow-ornament

Portrait d'Alice Kara Coach à peu près inspirante

Prénom : Alice Kara

Son rôle ici : Boss à peu près respectée par tout le monde.

Son job : Mener les troupes, coacher des gens, écrire des articles, donner vie à des programmes en ligne. Parler en public devant des gens en mode stand-up. Faire des vidéos. Animer le AK Show. Négocier les contrats. Faire la bouffe (ou demander aux autres de la faire) et payer les factures (avec le sourire, enfin, pas toujours, mais elle y travaille). Décider des stratégies, des nouveaux projets et du marketing. Répondre à des interviews. Mettre des coups de pied au derch’ avec des chaussons licorne.

Son rêve secret : Faire du coaching à la téloche.

Aime : La psycho. Les gens. Se fendre la poire. La provoc. Jouer à Pokemon Go. Les vieux jeux vidéo, et les jeux de société, surtout ceux où on joue en coopération. Faire des jeux de mots pourris. Emmerd** quelqu’un qui est en train de faire la vaisselle. Inventer des petites danses et des chansons de merde. Le Grand Bleu. Isabelle Boulay, Lady Gaga et la musique Country. The Walking Dead et les santiags. Coluche. Eckhart Tolle et la non-dualité. Les dessins animés. S’entrainer à la télékinésie comme un vrai Jedi. Les mugs. Le couscous et la bouffe Thaï.

N’aime pas : Travailler sur un Mac qui cloche. La suffisance. Les gens qui tiennent pas leurs promesses. La musique d’attente des SAV par téléphone. Les films pas en Version Originale.

Délits de Looser-itude : Faisait partie des têtes d’ampoules. Passait ses cours de sport à l’infirmerie. Son meilleur pote, c’était Bilbo le Hobbit. A du regarder Star Wars à peu près 29 097 fois l’année de ses 6 ans. (Et le film SuperGirl aussi.) Avait les cheveux courts à l’adolescence, à la brosse, les gens l’appelaient « Ricky Martin ». Préférait les jeans aux robes. A pleuré sur scène pour son premier radio crochet. A fait pipi en classe.

Délits de Warrior-itude : Maître Jedi qui a formé un max d’autres maîtres Jedis et surtout qui a fait la paix avec elle-même, et par extension, avec la vie.

Son lieu préféré au monde : L’île de Koh Chang en Thaïlande. Le désert du Sahara. Son lit. Les grands espaces du Canada.

Dans 10 ans… : Une petite maison de hobbit, avec des chats partout, de la permaculture, la fibre optique, de bons bouquins, du chocolat chaud fumant, des grosses chaussettes, pas de zombies, la rétrospective de Game Of Thrones en bluray, un hélicoptère électrique qui vient la chercher pour l’emmener sur les tournages de son show télé et la ramène le vendredi soir, ou, la téléportation, ou les bras de Superman, ça marche aussi.

Signes particuliers : Deux tatouages que personne ne sait ce qu’ils veulent dire.

Vie personnelle : En couple attachiant avec Sandrine de la Team NawAK.

Master Coach certifiée
Coach mission de vie certifiée
Coach réussite et succès certifiée
Coach du bonheur certifiée
shadow-ornament

Prénom : Sandrine

Son rôle ici : Assistante personnelle de la boss.

Son job : S’occuper de toute la gestion et de la paperasse. Faire le café, la compta, gérer les commandes et les stocks. Répondre aux mails. Corriger les articles. Râler quand il y a trop de gros mots. Vérifier que personne ne dit de bêtises sur les réseaux sociaux. S’occuper des litières des chats et des tâches ménagères. Faire le chauffeur vu que la boss a pas le permis.

Son rêve secret : Que plus aucun animal ne souffre dans le monde, et aussi une maison avec piscine.

Aime : Le thermomix. Se dorer la pilule au soleil sur un transat. Les chats. Se balader dans la nature. Lara Fabian. Le pschiiiit des bouteilles d’eau gazeuse. Les bananes et les sushis. Les câlins. Ranger n’importe quoi dans des tiroirs à bordel. Stéphane Plaza et TPMP.

N’aime pas : Les champignons. La maltraitance sur les animaux. L’inégalité (surtout vis-à-vis de la cellulite.). Les bureaux en bordel et désorganisés.

Délits de Looser-itude : N’avait pas d’habits à la mode. Etait persuadée d’avoir des grosses fesses jusqu’à ce que Jenifer Lopez se pointe. Une nana qu’elle pensait être sa copine lui a dit qu’elle ne voulait surtout pas être son amie parce qu’elle était trop « tâche ».

Délits de Warrior-itude : Seule personne au monde à pouvoir faire du chantage à la boss. Sait ce qu’elle veut et comment l’obtenir (souvent en prenant un air mignon de Quokka).

Son lieu préféré au monde : La playa !

Dans 10 ans… : En train de se faire dorer la pilule au soleil. On ne change pas une équipe qui gagne !

Signes particuliers : Gueule comme Liliane de « Scène de ménage ».

Vie personnelle : Femme de la boss (et survit au quotidien agité qui va avec !).

Portrait Sandrine de la team NawAK
shadow-ornament

Portrait d'Edith de la Team NawAK

Prénom : Edith

Son rôle ici : Community Manager, cerveau de rechange, webmaster.

Son job : Conseiller, encourager et servir de soutien moral aux coachés en mode panda dans les programmes de la Boss, participer aux décisions, a le droit de donner son avis (parfois) sur le design du site web, sur le marketing digital, sur les nouveaux produits développés par le groupe. Surveillance rapprochée du respect et du non-jugement sur Facebook et un peu partout. Corrections et relecture des articles. S’occuper de toute la bidouille technique du AK show, montages vidéo, partages sur les réseaux sociaux, animation, tutos, bêtisiers. Tester toutes les nouveautés, (surtout les trucs comestibles !) et de la gestion d’équipe.

Son rêve secret : Une belle entreprise AK avec une piscine à balles pour quelques pauses méritées !

Aime : L’être humain et ses relations, les frites, Woodstock, Retour vers le Futur, manger avec ses doigts, sa famille, faire du vélo, marcher, nager, rire avec tout le monde, la bienveillance, les câlins de panda, avoir le ventre plein, bien dormir, la crème glacée, la nature, l’art sous toutes ses formes…

N’aime pas : les hypocrites, les menteurs, ceux qui critiquent sans arrêt, les ordinateurs trop lents, ne plus avoir d’eau chaude, le café tiède…

Délits de Looser-itude : Ne se sentait pas à sa place sur cette planète, seule de sa classe à vouloir être archéologue, et à avoir eu le diplôme, parce qu’elle voulait être Indiana Jones quand elle serait grande. S’est fait recaler de plein d’entretiens d’embauche parce qu’il n’y avait pas d’emploi dans le milieu de l’archéologie.  N’arrivait pas à retenir les tables de multiplication…

Délits de Warrior-itude : A réussi à gérer ses crises d’angoisse, a arrêté de fumer, s’est beaucoup occupée de son entourage, a réussi à l’Université, avec peu, elle fait beaucoup ! (Oui, comme Mc Gyver !)

Son lieu préféré au monde : La campagne, être en pleine nature ! N’a pas vraiment de lieu préféré dans le monde (il y en a pleins), mais plutôt un contexte environnemental « aéré », agréable, rempli de joie, de rire ! Un équilibre entre le dynamisme et la zénitude !

Dans 10 ans… : Une maison, un jardin, en famille et/ou en communauté avec des amis, peut-être même dans un village écologique quasiment autonome. S’occuper du jardin, être en harmonie avec tout son entourage, ses proches, sa famille. Rester heureuse et « joueuse » dans la vie !

Signes particuliers : Belge avec accent. Un tatouage Arbre à spirales au-dessus de la hanche, et des centaines de points de beauté centralisés dans la nuque et qui remontent derrière la tête.

Vie personnelle : Se transforme en panda la nuit.