Une histoire de fibromyalgie, de jedi, de litière et de business…

 

A propos de fibromyalgie, de bouillotte en forme de coeur, de jedi et de beaucoup d'amour

 

Bonjour à tous mes ptits poulets !

 

J’vous ai parlé d’authenticité dans mon dernier article, et j’ai toujours joué cette carte sans retenue.

En plus de 10 ans sur le web, j’ai toujours fait preuve de transparence. Vous avez partagé avec moi mes réussites, mes doutes, mes interrogations.  Je n’ai quasiment aucun filtre, et c’est une chose qui peut attirer ou repousser dans le métier que je fais et dans ce monde où tout est photoshopé, surtout les sentiments.

J’apprends à mes coachés à être vrais, et alignés dans tout ce qu’ils font. Des paroles qu’ils prononcent aux actes qu’ils décident de faire. C’est mon truc.

Et pour pouvoir leur demander de se donner tant dans mes programmes, je me dois de montrer l’exemple.

Alors aujourd’hui, soyons vrais !

Sans fard, sans chichi.

Cet article va parler principalement de moi, alors si ça vous barbe, je vous invite à passer sur ce coup, et vous pourrez revenir vendredi prochain, car je vous donnerai de nouveau des petites astuces pour vos lifes à vous. (Là pour l’instant, sur mon planning d’articles, y’a noté que je vous donnerai des applis sympas pour être plus ZZZzzzZZZen, mais vous le savez, ça peut changer selon mon humeur, donc je ne promets rien ! ahaha !)

Si en revanche vous avez envie de plonger en plein dans mon quotidien, me voici me voilà !

Yes !

 

Vous le savez, ces derniers temps, pour des raisons de santé principalement, j’ai dû mettre un peu le pied sur la pédale de frein. Je me suis (enfin) occupée de prendre les rendez-vous médicaux importants que je repoussais depuis des lustres, simplement parce que je m’en doutais, je savais, les nouvelles ne sont pas spécialement « bonnes ».

Après 15 ans de souffrances, j’ai (enfin) fait le nécessaire pour accepter le diagnostic.

C’est officiel, j’ai une fibromyalgie.

 

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est la fibromyalgie, c’est une maladie qui n’est pas encore reconnue en tant que telle en France, elle n’est pour l’instant considérée que comme un syndrome.

Avec des symptômes variables d’une personne à une autre, et qui peuvent très largement différer selon les personnes.

On retrouve généralement dans les grandes lignes, une fatigue chronique extrême, des douleurs chroniques dans tout le corps, notamment les muscles, avec des sensations de brûlures, des raideurs, des difficultés de concentration, des pertes de mémoire immédiate, très souvent aussi les patients présentent un état dépressif.

Pis tout un tas d’autres trucs pas super cools. D’ailleurs si vous voulez en apprendre plus sur cette maladie, je vous invite à vous procurer ce livre : Le grand livre de la fibromyalgie, qui est très bien fait.

 

Il en existe d’autres, que voici :

 

Personne ne sait quelle en est vraiment la source, les recherches avancent, mais c’est pas encore un mystère résolu. Cela peut venir d’un choc, tant psychologique que physique, et c’est accentué par le stress.

La fibromyalgie a souvent été connotée de « maladie imaginaire », car les douleurs physiques ne se voient pas lors des différents examens.

L’explication est toute simple : Selon les dernières explorations, c’est neurologique, on ne peut pas y faire grand-chose, uniquement essayer d’atténuer les symptômes lorsqu’ils deviennent trop lourds au quotidien.

Cela viendrait du fait que le cerveau analyse et retranscrit les informations du corps de manière totalement erronée.

 

En gros, une petite douleur est vue par le cerveau comme un énooooorme truc qui fait très mal.

 

Le cerveau étant une bestiole assez complexe, quand il se fout à déconner, c’est vite le bordel. Et on ne sait pas comment rétablir le schmilblik pour l’instant.

 

La bonne nouvelle étant que si vous avez bien suivi, c’est juste le cerveau qui est un peu con sur les bords de ses neurones, et le corps, lui en revanche, et ce, même si les apparences nous font croire le contraire, n’a rien du tout.

Au pire, quelques traumatismes passés qui font encore un peu bobo. Or, des traumatismes, mon corps, il en a eu beaucoup le pauvre pépère !

Un peu comme le truc du membre fantôme, vous voyez ?

 

Les anti-inflammatoires peuvent aider un peu, et certains docteurs prescrivent des anti-dépresseurs il me semble, mais pas le rhumatologue spécialiste de la fibro qui me suit, surtout que, je suis certes fatiguée, et mon corps me donne l’impression d’être un feu incandescent à longueur de temps, mais je ne présente aucun signe de dépression, yihaaaa ! lol (Je viens de réaliser que je suis le buisson ardent en fait, nom de Zeus !!! Révélation !!! ahaha ! Vous voyez que je ne suis pas en dépression, je n’ai jamais autant sorti de conneries à la seconde qu’en ce moment, j’vous jure, on rigole comme des patates tous les jours ici ! Bref !)

 

Sauf que, pour mon cas perso, le seul traitement auquel j’ai « droit » pour soigner cette fibromyalgie, vu mes antécédents médicaux, c’est… Tadam…

Devenir un jedi ! (Je surkiffe, ça me file une excuse extraordinaire pour continuer de me balader avec mon sac à main Yoda ! lol)

 

Voici ma prescription officielle : No stress, pas de colère, beaucoup de méditation, boire énormément, m’entourer de gens sympas et compréhensifs, (ma team NawAK de folie à qui j’ai (enfin) réussi à déléguer plein de choses, et qui sont justes… Adorables ! Les inscrits à mes programmes les connaissent bien !) ne faire que des activités qui me font kiffer, et éviter les drames ! 😊 (J’vous avais dis que c’était canon lol)

 

Dernièrement, les symptômes se sont accentués. J’accepte totalement. Il y a quelques années de cela, j’aurais pesté contre l’Univers tout entier, mais après toutes ces années à souffrir, on s’habitue, et on finit par lâcher prise. Surtout que j’avais anticipé tout ça, je m’y étais préparée. Même si je ne savais pas trop quelle forme cela prendrait, j’ai toujours su que c’était en quelque sorte dégénératif, et lié (entre autres) à la psyché.

La fibromyalgie n’est en rien psychosomatique, les dernières découvertes ont démontré ça, mais elle évolue avec le temps, selon des facteurs environnementaux, et surtout, avec des chocs psychologiques, des chocs physiques, et du stress.

 

J’ai créé mon programme Buddy Body en partie pour ça.

Se réconcilier avec son corps, réapprendre à s’en occuper pour se sentir mieux dedans était ma priorité, et je ne suis pas peu fière d’avouer que j’ai créé un programme extraordinaire pour ça.

Ses effets vont bien au-delà de mes espérances. Il a évolué avec le temps, et grâce aussi aux retours que m’ont fait les participants au fil des mois.

 

Il n’en reste pas moins que l’année dernière fut une année excessivement difficile pour moi et mon corps. Deux opérations chirurgicales lourdes, et aussi d’autres choses qui sont arrivées, (vous savez, la vie et ses aléas impossibles à contrôler, même quand on est un as du rebondissement positif ! lol) ont un peu mis à l’épreuve mes techniques les plus affinées.

C’est, pour moi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, une formidable occasion justement de peaufiner ces techniques, surtout que régulièrement, mon corps se met en mode Stephen Hawking, il m’est impossible de bouger tellement j’ai mal et je suis fatiguée (de nouveau une méga excuse pour mater Star Wars au lieu de faire la litière des chats ! lol)  et comme je l’aime infiniment ce corps (enfin ! lol) je lui donne le temps qu’il lui faut pour aller mieux.

 

Je vous ai promis de la transparence dans mon article précédent, vous l’avez ! ahaha !

 

Comme vous le savez, je suis mon cobaye préféré. J’ai pu, grâce à ma capacité à prendre du recul, identifier plusieurs des facteurs qui ont fait que ces symptômes se sont accentués ces derniers temps.

De 1, j’ai arrêté de fumer il y a presque un an maintenant. Pour la majorité des gens, c’est bénéfique. Pas pour moi. La nicotine, mine de rien, apaise fortement le stress. Qui dit, pas de clopes, dit pas de nicotine, dit : stress non contrôlé. La méditation n’a pas compensé le stress ambiant, dû, entre autres, à plusieurs éléments qui se sont rajoutés.

Beaucoup trop de travail, surtout dû à mon refus de déléguer ce qui aurait dû l’être. J’ai tout fait seule. Mon nouveau site, le lancement de mes deux programmes en ligne, toute la technique et la gestion derrière, plus les articles, plus les rdvs, plus mes vidéos, plus 8 formations certifiantes de coaching en tout genre… lol

La plupart de mes confrères font ça en plusieurs années, ou embauchent des dizaines de gens pour le faire, moi j’ai fait ça toute seule !

Ensuite, il y a eu le AK Show, qui m’a permis de réaliser qu’il n’est pas possible (et ce même avec la plus grande volonté du monde !) de faire seule le boulot de dix personnes, pendant plus de deux ans.

 

Je n’arrive d’ailleurs pas encore à reprendre, malgré les demandes que je reçois. J’ai été très affectée par les différents départs successifs de mes chroniqueuses, car même si cela ne s’est pas forcément mal passé à tous les coups, le travail que cela a impliqué à chaque fois de recruter de nouvelles personnes, de les former, de tout réorganiser, ce fut… Sportif ! ahaha !

Aujourd’hui, il reste Laurie, Natacha et Edith avec moi, et nous réfléchissons à une nouvelle formule, pour vous offrir une nouvelle saison. Jusqu’ici, je n’ai pas réussi à créer ce que je voulais vraiment dans cette émission, qui devait à la base plus ressembler à un show du style de Ellen De Generes, mais techniquement, c’est pour l’instant impossible. Je trouverai une solution, et nous reprendrons les grosses marrades dès que j’irai mieux. (Les filles ont hâte ! Et aussi je leur manque un peu ces derniers temps, j’en suis consciente, big up mes girls !)

 

Ensuite, cet été, il y a eu un gros clash dans ma famille, et j’ai rompu le contact. Ce fut salvateur sur le moment, mais cela a remué pas mal de choses. Le genre de choses que l’on ne veut surtout pas voir, pour garder le sentiment que tout va bien, qui donne l’illusion qu’on peut arriver à maintenir un semblant d’équilibre, (Pour les geeks de l’assistance, fans de Game Of Thrones, ça donne ça : Hold the door, holdorrrr hodor. Humpf !) alors qu’en réalité non rien ne tient, et l’explosion devient inévitable.

J’ai fait la paix avec tout ça depuis.

J’ai même repris un peu le contact depuis les fêtes de fin d’année, et tout se passe bien mieux.

 

Cependant, ça a ouvert quelques vannes chez moi, des émotions que j’avais toujours refoulées, parce qu’il fallait, et ce depuis petite, que je sois forte pour tout le monde. J’ai repris le power de la paix d’en dedans, et assaini tout ça pour me concentrer un peu plus sur moi. C’est là que j’ai décidé de modifier un peu mon « message to the world » le message que j’avais envie de partager avec le monde, via ce site et à peu près tout ce que je fais. « Faire la paix avec soi-même (et tout ce qui un jour nous a pété les bonbecs) pour être en paix avec le monde ».

 

Autant vous dire que mon fameux « menfoumentape » a été des plus utile !

Enfin bref…

(Mazette cet article n’était pas supposé être si perso ! lol)

 

Surtout que j’ai pas du tout envie de faire chialer dans les chaumières hein, parce que vraiment, je kiffe ma life, et je ne l’échangerais pour rien au monde !

 

La fibromyalgie, on en meurt pas, j’vous l’ai dit plus haut, c’est juste le cerveau qui traduit mal les informations que le corps lui envoie ! (Rajoutez le mental là-dessus, c’est la cacastrophe lol)

 

 

Surtout que, en toute honnêteté mes chéris, si je devais revivre tout depuis le début, je n’en changerais pas une miette !

 

Parce que j’ai réalisé pas plus tard qu’il y a quelques jours qu’en analysant bien, je n’ai strictement aucune idée de ce qu’est une zone de confort !

Le truc dont tout le monde parle etc, que soi-disant les miracles se trouvent à l’extérieur…

Et ben moi, je n’en ai jamais eu !

Mais j’ai eu un paquet de miracles quand même, au milieu du bordel, c’était (et c’est toujours) vraiment cool à vivre !

 

Jamais je ne me suis sentie à l’aise ou en sécurité nulle part réellement.

 

C’est pas un truc que j’ai voulu ou cherché, et jamais je ne me suis mise en danger consciemment, ou même inconsciemment, je suis même plutôt prudente comme nana, (du genre à quand je vois un trou sur la route, je m’arrête 100m avant, et je n’ai jamais été à découvert par exemple lol) mais jamais je ne me suis trouvée en position de confort, quel qu’il soit.

 

Sauf peut-être sentimentalement depuis que ma petite âme heureuse est rentrée dans ma vie, mais pour le reste… Bah… Voilà voilà !

Je ne suis certainement pas la seule à avoir eu un passé détonnant, et ça m’a donné des ressources incroyablement extraordinaires.

Ça a même fait de moi une méga warrior capable de se relever et de se dépatouiller de n’importe quel bordel.

Le hic, c’est que le fait d’être méga douée en dépatouillage de bordel n’empêche pas le stress.

Le stress quand le vie se met en mode wanegain bistoufly, même si on n’est pas de nature stressée, il se pointe quand même.

Même s’il ne reste pas longtemps, même s’il ne se manifeste pas avec de grosses crises d’angoisses, ni même avec des fous rires nerveux, même c’est un tout petit stress de rien du tout en apparence, le fait qu’il se pointe de façon répétée fait tout de même des dégâts.

Et mon corps, ce petit père ultra mignon qui est mon plus grand soutien dans la vie (ceux qui ont fait le programme Buddy Body comprendront !) a tout épongé pour moi. Il a choppé tout le stress du mieux qu’il a pu pour me laisser m’occuper des remous et fluctuations de la force.

Il lui en a fallu des ressources pour endurer toutes ces chirurgies.

La première, où on m’a raboté, scié et cassé les os des deux pieds, (avec complications, inflammations et infections diverses, car le chirurgien a bossé comme un grut) étant, selon moi, le point de départ qui a fait surgir cette fibromyalgie. Vu que les douleurs ont commencé à se manifester à ce moment-là.

 

Donc donc donc, cette maladie, me permet aujourd’hui d’envisager l’avenir différemment.

J’ai toujours cru que j’étais destinée à bosser seule. Alors qu’au fond de moi, je rêve de bosser entourée de toute une équipe.

J’ai donc adapté et intégré au fur et à mesure des gens pour m’épauler.

J’ai la chance formidable de pouvoir travailler avec Sandrine, et vous pourrez commencer à apprécier son travail de plus en plus, car elle a notamment participé activement au design et à l’élaboration du pack L.O.V.E (un truc génial que nous allons sortir dans les prochains jours !) à mes côtés.

Elle travaille encore à côté, mais nous espérons pouvoir bientôt lui permettre de travailler à plein temps pour vous mes chéris 😊

 

L’avenir prend donc une toute nouvelle dimension pour moi.

Parce qu’il m’est inconcevable d’arrêter d’exercer mon métier de coach. J’aime trop ça, j’aime trop la psychologie humaine, j’aime trop les gens, même s’ il leur arrive d’être ultra cons.

Donc j’ai trouvé des solutions alternatives, pour continuer de vous accompagner, car il est hors de question que je ne sois plus disponible, mais il est aussi hors de question que je m’épuise à la tâche !

J’ai donc trouvé plein d’outils pour me faciliter la vie, (Google home, mon amour ! lol) mis en place des trucs qui gèrent pour moi en automatique. Les partages sur les réseaux sociaux par exemple. Afin de diviser mon temps de travail par 3, tout en restant tout aussi efficace.

Je n’ai pas lésiné sur le confort ! ahaha ! (J’ai même un coussin Pikachu, que Sandrine a essayé de jeter plein de fois à l’insu de mon plein gré, sans succès. J’le kiffe trop !)

 

J’ai accepté que j’avais besoin d’aide.

Notamment pour développer et y voir plus clair dans tout ça, j’ai donc fait appel aux talents de deux femmes génialissimes, que vous connaissez surement, la première s’appelle Marie Forleo. Elle aide les entrepreneurs à clarifier et simplifier, et à Kris Carr, l’auteur de nombreux best sellers, dont « Crazy Sexy Cancer » qui a réussi à « mettre en pause » son cancer, en modifiant sa qualité de vie.

J’ai « pénétré » leurs coulisses, et j’vous jure, c’est ouf ! Autant souvent on est déçu de voir les coulisses ou de connaître quelqu’un, autant là, j’en ai plein les yeux. Elles sont disponibles, adorables, leurs équipes respectives ont toujours un mot gentil, et j’ai intégré une communauté internationale où tout le monde se soutient.

Je vais apprendre auprès d’elles comment faire évoluer tout ça, gérer une équipe, clarifier les offres que l’on propose, ajouter encore et toujours plus d’authenticité et de fun et vous pourrez apprécier les changements au fil du temps.

 

(Je suis partie pour 8 semaines intensives, les américains ils déconnent pas avec ça ! Je commence lundi lol)

 

L’idée, et là où j’en suis pour l’instant, ce n’est pas de créer un business qui rapporte des millions. (Les autres écoles de business, notamment en France, proposent toutes ça, et j’avoue n’avoir jamais accroché avec ce type de promesses « venez, je vais vous aider à faire du pognon » surtout que j’ai pu avoir la preuve cette année que lorsque l’on fait ce que l’on aime vraiment, de la bonne façon et pour les bonnes raisons, l’argent arrive obligatoirement.)

J’ai revu complètement, grâce à la fibromyalgie, ma vision de la réussite. Et elle n’a rien à voir avec l’argent, ou la réussite sociale, ou ce que pensent les autres de si je réussis ou pas.

 

La réussite, pour moi, c’est aimer. Aimer ce qu’on fait, aimer les gens qui nous entourent, qu’ils nous le rendent ou pas, aimer la vie, aimer son corps, aimer ses aspérités. Savoir pourquoi on se lève le matin, pour qui, ne pas oublier qu’on se lève aussi pour soi, aimer chaque chose que l’on fait, et chaque chose que notre corps nous permet de faire. Aimer le calme, aimer le silence, s’en contenter. Aimer la musique, le bruit, juste parce que nos oreilles nous permettent de l’entendre.

 

Aimer et faire la paix avec tout. Physiquement, mentalement. Dans son cœur, dans son corps et dans sa tête.

Et je suis ultra successful là-dessus, et je continue ma route vers ce succès-là en découvrant chaque jour de nouvelles choses avec lesquelles je prends plaisir à faire la paix et à aimer.

 

(Oh en passant, mon dieu que j’aime la bouffe ! ahaha !)

 

Mon corps est peut-être source de souffrance, il limite mes capacités, je dois trouver des astuces pour arriver à faire en sorte de rendre mon quotidien plus agréable, et cela m’oblige à lâcher prise souvent, mon cerveau est peut-être aussi doué que la traduction automatique de Google, et il semble “cassé” mais à mes yeux, il l’est magnifiquement, cassé.

 

C’est Oprah Winfrey qui a dit dans son discours à Harvard dernièrement que la seule chose que nous avons, c’est notre vérité. Nous avons tous le choix d’être vrais.

Je l’ai, et je vous l’offre mes chéris, en espérant que vous vous offrirez aussi le même cadeau d’être vrais.

 

Let’s do this ! Ensemble !

 

@ Bientôt quelque part mes poulets !

 

Ps : N’appelez pas tout de suite la SPS (Société Protectrice des Sandrine) je vais investir dans une litière auto-nettoyante bientôt… Quand on ne peut pas, on trouve une solution alternative, y’en a TOUJOURS UNE ! (Même plusieurs !)

Ps² : Quand je suis en mode Stephen Hawking, je sers aussi l’humanité, en tant que coucouche à chachat. C’est une grande fierté !

Ps3 : Hé oh, faut pas déconner, un jedi ne boit pas que du lait bleu, dans mon monde, un jedi peut aussi boire du café ! Donc si vous voulez m’en offrir un, ou un perrier à Sandrine, ou une bière belge à Edith, vous pouvez le faire en cliquant sur cette image :

 

Article le mensonge, c'est la vie : Offrez-moi un café en cliquant sur cette image !


Alice Kara
Alice Kara

Coach déjantée spécialiste de la vulnérabilité et de l'imparfaititude, je t'aide à comprendre pourquoi c'est le bordel et quoi faire pour y remédier ! (Grâce à de la psycho, des neurosciences et une bonne dose d'humour !) Mes programmes de coaching sont à son image, provocants, délirants, percutants, et drôles.

Commenter avec Facebook...

    14 replies to "Une histoire de Fibromyalgie, de jedi, de litière et de business"

    • Amandine

      “Ne te couche pas avant de lire l’article le plus récent” ok ok
      J ai du mal à mettre du confort ds ma vie et je crois que ce conseil venant me scocher la face alors que je regarde mes mains (j’ai des tremblements h24 quasi imperceptible sauf en cas de stress où je perd le contrôle de mes petites mains l’arrêt de tabac n a rien arranger lol j’ai repris un peu du coup)
      Je reporte mon rdv chez le neurologue car cette année j’ai déjà fait trop de bisous bisous au monde médical et je suis pas fan à l’idée de revoir une blouse blanche pour le moment.
      Tu me donnes à travers ton écho une petite pichenette toi aussi sur cette notion de confort et je t’en remercie
      J’ai commencer à freiner un peu surtout que samedi je me suis coucher à 2h pour me lever à tada. .. 16h30 hum hum bah ça fait bizarre
      Tu sais ce que j’entends in live lol
      “C’est pas parce qu au dedans tu es goler comme une Ferrari que tu n’as pas le droit de rouler en deuxième de temps en temps, le mode deux chevaux c est classe aussi”
      😉😂👍

    • Guilaine

      Merci de ta sincérité et transparence. Désolée que ton cerveau fasse du Nawak en-dedans de toi.
      Laisses les chats t’utiliser quand t’es en mode Hawking. Le pouvoir insoupçonné de la ronrontherapie doit bien aider. Utilises leur énergie pour apporter un peu de Peace à ton cerveau saturé.
      Je pense que ton travail de Wonder Woman a vouloir tout faire seule, à fini par faire planter ton disque dur cérébral.
      Gros bisous. Et que la Force ne te quitte jamais

      • Alice Kara

        La bonne nouvelle, c’est que j’ai maintenant une excuse pour faire l’andouille, encore plus ! Ahaha !
        Merci Guilaine!

    • Laurie

      Merci ma puce pour cet article magnifique, pour ton authenticité, ta transparence et ta force !!! Tu es tellement inspirante… J’ai beaucoup de chance d’avoir une amie telle que toi. Gros gros bisous à Sandrine et à toi. Je vous aime fort… ❤

      • Alice Kara

        The force is strong within us! 🖖🤙🤘💓

      • Alice Kara

        Love love love 🎶 Love is all you need 🎶 🤙💜

    • Aurore

      Coucou,
      Une petite méthode (ou plutôt une grande) qui aide les personnes souffrant de Fibro à reconfigurer les p’tites connexions neuronales qui partent en vrille : c’est le lightning process.
      Une femme en fait en France (adorable coach) qui s’appelle Michèle. Elle vit en nouvelle Zélande et s’est sortie de la Fibro grâce à cette technique. Je vous mets le site au cas où: https://michele-therapies.com/fr/
      Voilà, je me permets car ça a aidé beaucoup de gens donc si vous pouvez vous libérer de la douleur, c’est une zone de confort en plus de gagner.
      Aurore

    • Biche *

      Et bien, nous voilà bien ! Une fibromyalgie… « maladie » féminine à au moins 80%, très peu d’hommes en souffriraient…
      Avant on la qualifiait je suppose d’hystérie (utérus).
      J’avais vu ce film :

      [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=bIS9ekzIz9E&w=840&h=503]
      Bisous ma belle

    • Probst Patricia

      Juste un grand BRAVO 👏🏻
      Une belle leçon de vie pour tous les râleurs du quotidien qui se plaignent de tout et de rien !
      Bon courage Alice 🍀
      Merciiiiii pour ta belle humeur et tes conseils si appréciés 😍
      Gros becs et un bisou de la 🇨🇭
      Petrouchka

      • Alice Kara

        Merci Patricia ! Pis tu sais, pour arrêter de râler, faut bien avoir commencé un jour ! Ahaha ! La 🇨🇭 est un magnifique pays 😉 bisous tout plein!

Laisser une baffouille

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.